Sécurité

Les justicières de l'EIIS causent des problèmes dans le camp d'Al-Hol

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des femmes d'Al-Hesba à l'intérieur d'al-Hol ont incendié ces tentes dans la cinquième section du camp. [Photo tirée de la page Facebook Eye of the Euphrates]

Les tensions sont vives dans le camp de déplacés d'Al-Hol, où certaines femmes de "l’État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) ont formé un groupe d'autodéfense autoproclamé et continuent de créer des problèmes, a déclaré une militante.

Les femmes d'al-hesba ("police religieuse") ont été impliquées dans des actes de répression cruels, notamment l'incendie de tentes et des coups de couteau, parfois mortels, a déclaré à Diyaruna Amar Saleh, un militant des médias sociaux.

Leur objectif est d'imposer leur autorité sur le reste des familles à l'intérieur du camp tentaculaire et surpeuplé de la province d'al-Hassakeh, a expliqué Saleh.

Les actions des femmes d'al-hesba ont provoqué de profondes divisions parmi les femmes de l'EIIS à l'intérieur du camp, avec des affrontements récents qui ont exacerbé les tensions, a-t-il dit.

image

Les femmes d'Al-Hol participent à une session de soutien psychologique menée par l'Organisation Shams pour la réhabilitation et le développement. [Photo fournie par Shams Organisation for Rehabilitation and Development]

Le différend a finalement éclaté au grand jour, après que des tracts manuscrits ont été distribués à l'intérieur du camp qui énuméraient les plaintes contre les actions d'al-hesba et exigeaient qu'elles cessent.

Selon Saleh, les femmes d'al-hesba "se comportent comme de la sorte pour resserrer leur emprise sur les résidents du camp".

Elles cherchent à s'assurer qu'elles peuvent continuer à faire un lavage de cerveau et à recruter des enfants pour soutenir l'EIIS, et cherchent également à contrôler les transferts financiers qui atteignent le camp ainsi que toute aide et sa distribution, en se donnant la première priorité, a-t-il fait savoir.

L'administration du camp, en coopération avec les organisations humanitaires et sociales, a tenté de contrer ces tentatives d'endoctrinement extrémistes en offrant des cours aux enfants qui étaient loin de la salle de classe.

"Des cours d'alphabétisation et de formation professionnelle sont également proposés aux filles et aux femmes, qui sont affectées aux classes en fonction de leur âge", a déclaré Saleh.

En outre, a-t-il dit, une organisation sociale organise des sessions de soutien psychologique en coopération avec l'administration du camp, pour éloigner les femmes de l'idéologie extrémiste et les aider à surmonter leur séjour au camp.

Aimez-vous cet article?
1
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)

Puisse Allah se venger d'eux, si Dieu le veut.

Répondre