Terrorisme

Découverte d’un nouveau charnier de victimes de l’EIIS près de Mossoul

Khalid al-Taie

image

Des pantalons, un « shemagh » (foulard) et des chaussures de femmes ont été retrouvés sur le site d’un nouveau charnier mis à jour dans la localité d’al-Kasak, près de Mossoul, qui contiendrait les restes de centaines de victimes de l’EIIS. [Photo fournie par la Direction des Martyrs de Ninive]

Un nouveau charnier a été découvert lundi 29 juin dans la province de Ninive, qui contient les restes de « centaines » d’Irakiens assassinés par « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) entre 2014 et 2017, ont annoncé les autorités irakiennes ce mercredi 1er juillet.

Ce charnier est situé dans la localité d’al-Kasak, au nord-ouest de la ville de Mossoul, sur la route menant à Tal Afar.

Lundi, la Direction des Martyrs de Ninive avait reçu des rapports de citoyens et des Services de la sécurité nationale indiquant que des ossements avaient été trouvés dans une zone connue sous le nom d’al-Humaydat, dans la localité d’al-Kasak, a expliqué à Diyaruna Mohammed Askar al-Shaqouli, le chef de cette Direction.

« Nous nous sommes immédiatement rendus à l’endroit indiqué et avons procédé à un examen préliminaire qui a confirmé qu’il s’agissait bien d’un charnier de victimes de l’EIIS lorsque celui-ci contrôlait la province », a-t-il ajouté.

image

Des spécialistes irakiens procèdent à un examen préliminaire d’un charnier de l’EIIS mis à jour dans la région d’al-Kasak, près de la ville de Mossoul, le 29 juin. [Photo fournie par la Direction des Martyrs de Ninive]

« Nous avons reçu des informations de témoins oculaires selon lesquelles le groupe avait brûlé entre 500 et 600 victimes sur ce site, faisant de celui-ci, selon ces rapports, l’un des plus grands charniers découverts à ce jour dans Ninive », a ajouté al-Shaqouli.

Des pantalons, un « shemagh » (foulard) et des chaussures de femme ont été retrouvés, indiquant que ces victimes étaient des civils, notamment des femmes.

La Direction a remis un rapport d’enquête préliminaire à la Fondation des Martyrs à Bagdad, a poursuivi al-Shaqouli.

Une équipe de spécialistes du gouvernement sera mise en place pour ouvrir ce charnier et procéder à un examen plus approfondi, a-t-il continué.

Cette équipe comprendra des membres du service des charniers de la Fondation des Martyrs, de la Direction de la police médico-légale et du ministère de l’Intérieur.

Elle sera chargée de sortir les restes, de déterminer leur nombre et leurs identités, et de mettre à jour les détails entourant les circonstances de leur mort, a-t-il ajouté.

« Ce nouveau crime ouvre un nouveau chapitre dans la chaîne des crimes terroristes, qui montre que [l’EIIS] est un groupe de sauvages qui tue des innocents de sang froid, sans considération aucune pour les valeurs humaines et religieuses », a déclaré al-Shaqouli.

« Ce groupe terroriste a laissé derrière lui de nombreux charniers dans notre province, notamment plusieurs dans le district de Sinjar qui renferment des victimes yézidies », a-t-il indiqué.

Al-Shaqouli a indiqué que d’autres charniers avaient été découverts mais n’avaient pas encore été ouverts, car ils nécessitent une ingénierie plus complète pour en retirer les pièges et les engins explosifs improvisés enterrés à proximité.

Parmi les plus importants de ces charniers se trouve le charnier d’al-Khasfa au sud de Mossoul, dans la région de Hamam al-Alil, où l’EIIS aurait déposé les corps de milliers d’Irakiens.

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)