Sécurité

Les milices fidèles à l’Iran dominent à Albou Kamal

Waleed Abu al-Khair au Caire

image

Des éléments de la brigade Fatemiyoun soutenue par le CGRI prennent position à Albou Kamal, à l’est de Deir Ezzor, sur cette photo diffusée sur internet par la milice.

Les milices affiliées au Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) ont pris le contrôle presque total de la ville frontalière syrienne d’Albou Kamal, a fait savoir un militant local.

Les milices fidèles à l’Iran sont parvenues à dominer cette partie de la province orientale de Deir Ezzor aux dépens des forces du régime syrien et des milices soutenues par la Russie, a déclaré à Diyaruna Ayham al-Ali, militant des médias à Albou Kamal.

L’influence du régime syrien a diminué dans cette région, a-t-il indiqué, notant qu’il ne reste dans la ville qu’une poignée de membres de la sécurité de diverses branches, et que la Russie n’y a plus aucune présence ni influence.

Les derniers membres des forces du régime syrien occupent certaines résidences du quartier al-Katf d’Albou Kamal, qu’ils utilisent comme quartier général, a-t-il rapporté.

image

Le CGRI a utilisé des camions et des bus civils pour faire passer des armes et transporter des combattants vers Albou Kamal, en Syrie. [Photo tirée de la page Facebook Eye of the Euphrates]

Les milices pro-iraniennes ont pris le contrôle après avoir expulsé les miliciens de Liwa al-Quds, qui avaient changé leur allégeance de l’Iran à la Russie, a déclaré al-Ali.

La tension est montée d’un cran dans la ville après que des éléments des services de renseignement syriens ont confisqué plusieurs maisons dont les propriétaires n’étaient pas encore revenus en ville, a-t-il déclaré.

Les miliciens se sont introduits dans les maisons, a-t-il rapporté, et les ont réquisitionnées pour en faire des postes militaires et des logements pour leurs combattants.

Réouverture du passage frontalier

Al-Ali a indiqué que ces changements se sont accompagnés de la réouverture du passage frontalier proche d’al-Qaim avec l’Irak, qui est sous le contrôle total des milices du CGRI et a été fermée pendant un certain temps en raison de la pandémie de coronavirus.

Des camions civils entièrement couverts ont traversé le territoire irakien en direction d’Albou Kamal et sont entrés dans des enceintes fermées, a-t-il fait savoir, ajoutant que les camions transportent probablement des armes et de la nourriture pour les miliciens du CGRI.

Des bus civils sont également venus d’Irak, a-t-il ajouté, transportant des passagers qui seraient des pèlerins venus en Syrie d’Iran et d’Irak.

Les milices pro-iraniennes font appel à des entreprises civiles pour transporter des biens et des armes et ont conclu des contrats avec des entreprises de tourisme et de transport pour transporter ces éléments, a déclaré al-Ali.

Cela évite d’exposer leurs bus et leurs camions militaires aux bombardements et aux frappes aériennes, a-t-il expliqué.

Pour ce qui est du point de passage d’al-Qaim, a-t-il conclu, il n’est ouvert qu’aux seuls camions, et les véhicules civils n’ont toujours pas le droit de l’emprunter pour circuler entre l’Irak et la Syrie.

Le gouvernement irakien lutte-t-il efficacement contre le terrorisme ?
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)