Sécurité

L’Irak lance la 3e phase de l’opération « Héros de l'Irak »

Khalid al-Taie

image

Le 22 juin, des commandants de la police fédérale irakienne examinent une carte des opérations contre les derniers éléments de l’EIIS dans le cadre de la troisième phase de l’opération militaire « Héros de l'Irak ». [Photo fournie par le commandement de la police fédérale]

Les forces irakiennes ont lancé lundi 22 juin la troisième phase de l'opération « Héros de l'Irak » destinée à traquer et frapper les derniers éléments de « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) dans le nord et l’est de l’Irak.

Plusieurs unités des commandements des opérations dans Salaheddine, Samarra et Diyala et de la 9e division blindée de l’armée de terre sont engagées sur l’un des trois fronts, sur une zone d’environ 5 000 kilomètres carrés.

Cette zone recouvre des régions qui se situent entre les frontières administratives des provinces de Salaheddine, Diyala et Kirkouk.

Au premier jour de cette opération, ces forces ont enregistré « des succès impressionnants », a expliqué le général de brigade Firas Bashar Sabri, porte-parole du commandement des opérations dans Salaheddine.

image

Des soldats irakiens cherchent des repaires de l’EIIS le 14 février lors de la première phase de l’opération « Héros de l'Irak ». [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Des rapports des renseignements ont indiqué que des cellules de l’EIIS se concentraient dans les zones d’al-Ayth, al-Azim Basin, al-Mutaybija et le territoire qui s’étend entre Diyala et Samarra.

« Nous avons détruit plusieurs bases secrètes [de l’EIIS] qui contenaient des stocks de nourriture et des systèmes de communication », a continué Sabri.

De plus, trois repaires, quatre tunnels, deux ateliers de fabrication d’engins explosifs improvisés (EEI) et une cache de munitions ont été détruits.

Encercler les résidus de l’EIIS

Le front de l’opération militaire au sud-ouest de Kirkouk a vu la participation d’unités du ministère de l’Intérieur, notamment le commandement de la police fédérale, le commandement de la division de réaction rapide, les SWAT et des régiments tactiques.

Ces forces ont pu détruire quatre repaires de l’EIIS, un atelier de fabrication d’explosifs et ont fait exploser des dizaines d’EEI et de roquettes.

Le troisième front, qui couvre d'autres régions de Diyala, de Salaheddine, de Samarra et de Kirkouk, impliquait des brigades des forces de la mobilisation tribale.

Elles ont pu détruire trois repaires, une cache de munitions et plusieurs EEI.

Cette opération a été menée avec le soutien aérien de l’armée de l’air irakienne et des appareils de la coalition internationale, a ajouté Sabri.

Les opérations progressent selon un plan qui vise à « encercler les militants de tous les côtés et ne leur laisser aucune chance de s’échapper », a-t-il ajouté.

Des photographies aériennes sont utilisées pour ratisser et surveiller 24 h/24 l'intégralité du territoire, a-t-il indiqué, ajoutant qu’elles ont permis de couper d’importantes lignes d’approvisionnement pour les extrémistes.

La situation des éléments de l’EIIS se détériore rapidement, a-t-il indiqué, soulignant que les opérations qu’ils avaient pu mener ces derniers mois concernaient « essentiellement la pose sporadique de bombes et l’attaque de postes de sécurité dans des zones éloignées ».

La première phase de l’opération « Héros de l'Irak » s’est déroulée mi-février et a couvert quelque 26 000 kilomètres carrés dans le désert occidental de l’Irak.

La deuxième phase, du 2 au 4 juin, a visé une zone de 7 000 kilomètres carrés entre les provinces de Kirkouk et de Salaheddine.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)