Politique

Les États-Unis promettent d'empêcher la victoire d'al-Assad alors que la monnaie baisse

AFP

image

Cette photo prise le 17 juin montre la façade de la Banque centrale de Syrie sur la place Sabaa Bahrat, à Damas. [Louai Beshara / AFP]

Mardi 16 juin, les États-Unis ont averti le président syrien Bachar al-Assad qu'il n'obtiendrait jamais une victoire complète et devait parvenir à un compromis politique.

L'avertissement, annoncé un jour avant l'application de nouvelles sanctions connues sous le nom de la loi de César , est intervenu alors que la Syrie fait face à une crise économique intense.

L'ambassadeur des États-Unis auprès de l'ONU Kelly Craft a exhorté al-Assad à adopter la résolution 2254 de 2015 du Conseil de sécurité - qui appelait à un cessez-le-feu, des élections et une transition politique en Syrie - et des pourparlers sous l'égide de l'envoyé de l'ONU Geir Pedersen.

Si le régime syrien ne suit pas cette voie politique, les États-Unis n'auront "pas d'autre choix que de continuer à refuser le financement de la reconstruction et d'imposer des sanctions contre le régime et ses bailleurs de fonds", a-t-elle déclaré au Conseil de sécurité.

Les États-Unis "prendront des mesures décisives pour empêcher le régime d'al-Assad d'obtenir une victoire militaire" et pour réorienter le régime et ses alliés vers le processus politique dirigé par l'ONU, a indiqué Craft.

La loi de César vise à empêcher la normalisation d'al-Assad sans rendre compte des violations des droits de l'homme. Il pénalise toute entreprise qui traite avec al-Assad et bloque l'aide américaine à la reconstruction.

La loi porte le nom d'un ancien photographe militaire syrien qui a fui à de grands risques personnels en 2014 avec 55 000 images de brutalité dans les prisons du régime syrien.

Alors que les forces syriennes et russes organisent une offensive majeure à Idlib, une révision constitutionnelle soutenue par l'ONU visant à parvenir à une solution pacifique a peu progressé.

Pedersen a déclaré au Conseil de sécurité qu'il était prêt à reprendre les pourparlers constitutionnels à Genève fin août.

La Banque centrale dévalue la livre syrienne

Alors que les nouvelles sanctions entrent en vigueur mercredi, la Banque centrale de Syrie a dévalué la livre syrienne, cédant à des semaines de dépréciation sur le marché noir.

La Banque centrale a relevé le taux de change officiel de 704 à 1 256 livres syriennes pour un dollar, augmentant ainsi un taux en vigueur depuis mars.

Plus tôt ce mois-ci, la devise syrienne a atteint un niveau record sur le marché noir d'environ 3 000 livres pour un dollar, déclenchant de rares manifestations dans les zones contrôlées par le régime.

Avant le conflit, le taux de change s'élevait à 47 livres syriennes pour un dollar.

Mercredi, le taux sur le marché parallèle se situait autour de 2 600 à 2 800 livres pour un dollar, ont indiqué les commerçants.

Zaki Mehchy, consultant chez l'institut d'étude Chatham House, a déclaré que la Banque centrale tentait de minimiser l'écart entre le taux officiel et le taux sur le marché noir.

"Elle essaie d'encourager les gens à utiliser la chaîne officielle au lieu du marché noir", a-t-il dit, ajoutant que la livre continuerait probablement sa chute, ponctuée de courtes périodes d'appréciation.

L'économie syrienne, frappée par neuf années de guerre, est sous l'effet des répercussions d'une crise financière au Liban voisin qui a freiné l'afflux de dollars dans les zones contrôlées par le régime.

Les analystes ont déclaré que les récents creux du marché noir étaient probablement dus à des inquiétudes avant l'introduction de nouvelles sanctions et à la chute de la grâce du magnat et cousin d'al-Assad, Rami Makhlouf, qui a mis les autres hommes d'affaires de haut niveau sur le qui-vive.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)