Sécurité

Le gouvernement irakien nomme des personnalités militaires à des postes clés

Khalid al-Taie

image

Abdoul Wahab al-Saadi, directeur des services antiterroristes irakiens, et le Premier ministre Moustafa Kadhemi posent pour une photo avec des soldats des CTS, le 26 mai. [Photo fournie par les CTS]

Pour assurer le succès continu de ses efforts antiterroristes, le nouveau gouvernement irakien place des personnes qui ont joué un rôle de premier plan dans la guerre contre « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) à des postes clés de la sécurité.

Pour les spécialistes de la sécurité, ces décisions reflètent l’attention que porte le gouvernement du nouveau Premier ministre à la stabilisation de la situation sécuritaire et à la lutte contre les enjeux que sont l’anarchie et la prolifération des armes illégales.

Kadhemi, dont le gouvernement a été approuvé par le parlement le 7 mai, a choisi des personnalités militaires pour diriger deux ministères clés : l’ancien chef d’état-major des armées Othman al-Ghanimi a été nommé ministre de l’Intérieur, et l’ancien commandant des forces terrestres, le lieutenant général Jumaa Inad al-Jubouri, au poste de ministre de la Défense.

Tous deux sont connus pour leur « grand professionnalisme et leurs excellents résultats » durant la guerre contre la terreur, a déclaré le député irakien Katah Najman al-Rikabi, membre de la commission pour la défense et la sécurité.

image

Le Premier ministre irakien Moustafa Kadhemi lors d’une rencontre le 28 mai avec des responsables militaires et de la sécurité pour discuter du renforcement des efforts pour éradiquer l’EIIS. [Photo fournie par les services de presse de la Primature]

Leur nomination à ces postes clés a été une bonne décision, « qui n’a soulevé aucune objection au parlement, car ces deux généraux sont connus pour leurs grandes compétences et leur savoir-faire dans leurs domaines de compétence », a-t-il déclaré à Diyaruna.

Kadhemi a également réintégré et promu le général Abdoul Wahab al-Saadi, une personnalité militaire populaire, dont le renvoi soudain des services de l’antiterrorisme (CTS) par le précédent Premier ministre Adel Abdoul Mahdi en septembre avait été le principal catalyseur des premières actions de protestation en Irak. Al-Saadi dirige aujourd’hui les CTS.

Poursuivre la lutte antiterroriste

La nomination de ces trois responsables indique que le nouveau gouvernement compte avancer fermement dans la lutte contre l’EIIS, et qu’il « s’apprête à lancer d’autres opérations pour éradiquer définitivement » le groupe, a continué al-Rikabi.

Dans sa première déclaration depuis sa prise de fonction, al-Saadi s’est engagé à tout faire pour « protéger l’État et ses citoyens contre les menaces terroristes ».

La décision de réintégrer et de promouvoir al-Saadi a été la reconnaissance de son rôle et de son courage durant les batailles pour la libération et a été très bien accueillie par les Irakiens, a expliqué à Diyaruna le spécialiste de la sécurité Mohammed Razzaq al-Rubaie.

Les précédentes fonctions de Kadhemi en tant que chef des renseignements lui avaient permis de bâtir et d’entretenir des relations avec tous les commandants de la sécurité et de l’armée qui avaient été influents dans la lutte contre l’EIIS, a-t-il poursuivi.

Le nouveau Premier ministre cherche maintenant à bénéficier de leur expérience pour conserver cet élan dans la lutte et la défaite des résidus terroristes, comme en attestent les vastes campagnes sécuritaires actuellement en cours dans plusieurs régions, a-t-il ajouté.

Cet effort a récemment permis de détruire un grand nombre de repaires ennemis et d'abattre ou d'arrêter plusieurs hauts responsables de l’EIIS, parmi lesquels son commandant en second Hajji Tayseer, selon al-Rubaie.

Il a ajouté que ces nouvelles nominations avaient également pour but de lutter contre la prolifération des armes illégales et les activités des milices armées.

Indépendance des institutions militaires

Ces nominations gouvernementales ont également concerné le commandant des opérations dans al-Jazeera, le major général Qassim al-Mohammadi, une haute personnalité dans la lutte contre l’EIIS, au poste de commandant des forces terrestres.

Le général de brigade Yahya Rassoul, une importante figure des médias durant toute la guerre contre l’EIIS, a été nommé porte-parole officiel du commandement en chef des forces armées.

Ces nouvelles nominations « viennent en renfort de l’indépendance des institutions militaires et sécuritaires et les mettent à l’abri du système des quotas et des pressions des partis », a continué l'analyste de la sécurité Safa al-Asam.

Promouvoir des personnalités ayant obtenu des états de service stellaires durant la guerre contre l’EIIS « est une initiative importante qui pourrait avoir une influence positive sur la situation sécuritaire », a-t-il expliqué, soulignant que les derniers éléments de l‘EIIS avaient profité des récentes agitations populaires et du relâchement sécuritaire dans les régions éloignées pour lancer de nouvelles attaques.

« Mais à la lumière des récentes évolutions dans le domaine militaire, nous nous attendons à ce que la menace de l’EIIS soit éliminée dans les tout prochains mois », a conclu al-Asam.

Aimez-vous cet article?
0
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)

Musulman

Répondre