Économie

Les prix augmentent et la livre syrienne s'effondre dans les régions du régime

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les marchés de rue dans les zones contrôlées par le régime syrien ont connu une forte hausse des prix, a indiqué un économiste syrien. [Photo fournie par Iqtisad]

Les prix de tous les produits ont augmenté dans les zones contrôlées par le régime syrien, alors même que celui-ci affirme contrôler les prix, a expliqué un économiste.

Cette forte hausse des prix intervient alors que la livre syrienne enregistre un effondrement historique de son taux de change face au dollar et à d'autres devises étrangères, a expliqué à Diyaruna l’économiste syrien Mahmoud Moustafa.

Le taux de change avec le dollar a dépassé 1 800 livres syriennes, a-t-il détaillé, et devrait dépasser 2 000 livres.

Cela a entraîné une hausse de tous les produits sur les marchés dans les zones contrôlées par le régime, a-t-il ajouté, en particulier des produits alimentaires, des légumes et des fruits.

Cette inflation des prix a commencé il y a déjà quelque temps et a connu son apogée au début du mois sacré du ramadan, lorsque certaines variétés de fruits et de légumes commencèrent à se vendre à quatre fois leur prix d'origine, a-t-il poursuivi.

Des produits très demandés comme la viande et certains types de volaille atteignirent également des prix exceptionnellement élevés, a continué Moustafa.

Au lieu de répondre à ce problème, « le ministère syrien de l’Économie et du Commerce s’est contenté de diffuser des données réfutant cette hausse des prix », a-t-il expliqué.

Le ministère affirme en outre effectuer des patrouilles d’inspection chargées de contrôler les prix, a-t-il ajouté, ce qui ne semble pas être le cas.

Certains produits font notablement défaut, à l’instar du pain, en raison de la pénurie de farine, et de longues files se forment devant les boulangeries dans les zones contrôlées par le régime, a-t-il indiqué.

Selon Moustafa, l’une des raisons de ces hausses de prix est la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19) en Syrie, mais il en existe de nombreuses autres.

Parmi elles, la crise économique que connaît le régime syrien, comme le montre la lutte pour le pouvoir entraînée par les pénuries d’argent au sein de la clique dirigeante, a-t-il expliqué.

Ce sont aussi l’incapacité des institutions du régime à contrôler les marchés, et l’hégémonie des commerçants fidèles au régime, a-t-il ajouté.

Un autre facteur important est le fait que les responsables du régime et les milices affiliées à ce dernier revendiquent une part des recettes de certains marchés, en imposant des tributs aux commerçants locaux, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)