Terrorisme

4 800 corps extraits à Mossoul, selon la défense civile irakienne

Par Khalid al-Taie

image

Des équipes irakiennes de défense civile recherchent des corps parmi les décombres de bâtiments détruits à Mossoul le 26 mai 2018. [Photo de Mossoul Eye]

La Direction de la défense civile irakienne a récupéré environ 4 800 corps sous les décombres de Mossoul depuis que la ville a été libérée de "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) en juillet 2017.

"Nous avons fait de grands efforts à cet égard et avons progressé malgré les difficultés posées par les grandes quantités de décombres laissées par la guerre, estimées à des millions de tonnes", a déclaré vendredi à Diyaruna le directeur de la défense civile, le colonel Hussam Khalil Abed.

Un autre défi à ces efforts réside dans le danger des engins explosifs improvisés non explosés (EEI) et des mines trouvés à l'intérieur des bâtiments en ruine, a-t-il dit.

Les équipes de la défense civile ont récupéré environ 4 800 corps dans le centre-ville de Mossoul et dans plusieurs villages de la ville de Tal Afar et de la ville d'al-Ayadiya, dans l'ouest de la province de Ninive.

"La plupart des corps ont été extraits de l'ouest de Mossoul, en particulier de la vieille ville, qui a connu les combats les plus acharnés contre [l'EIIS], avec l'aide du département municipal", a expliqué Abed.

Environ 2 500 des corps sont des citoyens qui ont été tués lors des opérations.

Ils ont été retrouvés et identifiés à l'aide d'indices fournis par des proches et des voisins qui avaient soumis des rapports les déclarant disparus, a-t-il déclaré.

Certains des 2 300 corps restants sont des éléments de l'EIIS qui ont été tués lors des combats, tandis que d'autres ne sont toujours pas identifiés, a-t-il déclaré.

L'effort 'touche à sa fin'

Jeudi, une équipe de recherche et de sauvetage de la Direction de la défense civile de Ninive a retrouvé un corps non identifié sous les décombres d'une maison d'habitation dans la zone de la Grande Mosquée de la vieille Mossoul.

Les corps sont remis au département de médecine légale, et après avoir effectué le test ADN et identifié les corps, ils sont ensuite livrés à leurs familles respectives pour un enterrement approprié, a déclaré Abed.

Des corps non identifiés sont enterrés dans des tombes spéciales et des échantillons d'ADN sont conservés dans un dossier pour permettre de les identifier ultérieurement.

"La réouverture de ces tombes inconnues est la prérogative du tribunal, de la police et des services de santé", selon Abed.

Les efforts pour récupérer les corps se poursuivent, a-t-il dit, soulignant que cet effort "touche à sa fin".

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500