Terrorisme

Exhumation du charnier d'al-Raqqa en cours

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des membres de l'Équipe de réponse initiale retirent les restes humains d'un charnier découvert en avril à al-Raqqa. [Photo fournie par Hawar News]

Les travaux d'exhumation sont en cours dans un charnier de la province syrienne d'al-Raqqa découvert à la mi-avril, qui contient les restes de victimes exécutées par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a fait savoir un volontaire de la défense civile.

Des Équipes de réponse initiale et de la défense civile d'al-Raqqa mettent actuellement en place un cordon sanitaire autour de la zone de Tal Zaidan, dans l'est de la campagne de la province d'al-Raqqa, où a été découvert ce charnier, a expliqué Hamad al-Matar, un volontaire de la défense civile d'al-Raqqa.

Les travaux sont en cours pour exhumer les corps de ce charnier, a-t-il indiqué à Diyaruna, bien qu'à un rythme lent en raison des difficultés rencontrées par les équipes.

Ce charnier, situé entre les localités d'al-Samra et al-Hamrat, dans la province d'al-Raqqa, contient les restes de victimes de l'EIIS enfouis après que le groupe eut prononcé des peines de mort à leur encontre, a ajouté al-Matar.

image

Des membres de l'Équipe de réponse initiale exhument un charnier dans la province syrienne d'al-Raqqa découvert en avril. [Photo fournie par Hawar News]

Ce charnier est l'un des 25 que l'EIIS avait laissés dans la région, a-t-il poursuivi.

« Il est important de localiser et d'exhumer ces charniers et de vérifier les identités des victimes, afin de connaître le sort de milliers de personnes qui avaient disparu il y a des années, après que l'EIIS eut pris la région », a-t-il déclaré.

Al-Matar a indiqué que le site de ce charnier, découvert en avril, est situé à proximité des terres agricoles dans l'est d'al-Raqqa.

« Il est évident que les bourreaux de l'EIIS ont jeté les corps à la hâte dans cette fosse, si l'on en juge par l'état dans lequel ils ont été retrouvés », a-t-il ajouté, empilés les uns sur les autres.

Il est très probable que cette fosse ait été utilisée vers la fin de l'occupation de l'EIIS, a-t-il poursuivi, juste avant que le groupe soit expulsé de la région par la coalition internationale et les Forces démocratiques syriennes (FDS).

Al-Matar a estimé que plus de 200 corps avaient été enterrés dans ce site, et a précisé que deux mois au moins seront nécessaires pour tous les exhumer, en raison des difficultés de la tâche.

Des membres des équipes travaillent chaque jour sur le site, exhumant en moyenne deux à trois corps par jour, pour la plupart des hommes, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500