NOUVELLES D’IRAK
Politique

Les milices pro-iraniennes se déploient dans la province syrienne de Deir Ezzor

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un convoi de véhicules appartenant à la milice pro-iranienne Liwa al-Muntazar en Syrie, sur cette photo publiée sur Internet par cette milice fidèle au CGRI.

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) a formé une nouvelle branche de sa milice pro-iranienne Liwa al-Muntazar, et l'a déployée dans la province de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie, non loin de la frontière avec l'Irak, a expliqué un activiste local.

La création et le déploiement de cette nouvelle force s'inscrit dans le cadre d'une tentative d'étendre le contrôle de l'Iran sur la région, où existe un ressentiment de plus en plus fort contre le CGRI, a expliqué à Diyaruna l'activiste de Deir Ezzor Jamil al-Abed.

Al-Abed a ajouté qu'il avait appris que Farhan al-Marsoumi, natif du village d'al-Baghouz dans Deir Ezzor, qui travaille avec le CGRI, avait été chargé du recrutement des miliciens syriens.

Après avoir rejoint les rangs de Liwa al-Muntazar, les nouvelles recrues sont chargées de monter la garde, de collecter des renseignements et d'apporter un soutien logistique, a-t-il poursuivi.

image

Selon des informations, Farhan al-Marsoumi serait du recrutement en Syrie de la milice Liwa al-Muntazar alignée sur le CGRI. [Photo fournie par Step News]

Al-Abed a également indiqué qu'il avait appris que ces nouvelles milices étaient au départ basées en Irak, et opéraient exclusivement dans ce pays, avant que plusieurs de leurs éléments soient envoyés rejoindre la branche syrienne.

Cette milice était au départ placée sous le commandement du commandant en second des Forces de la mobilisation populaire (FMP) Abou Mahdi al-Mouhandis, tué en janvier en compagnie de Qassem Soleimani, commandant de la Force al-Qods du CGRI, a-t-il ajouté.

Les hommes du rang et les membres de la nouvelle milice Liwa al-Muntazar, près de 400 hommes au total, sont des ressortissants irakiens et iraniens, a-t-il précisé, tandis que les officiers sont des Iraniens placés sous le commandement direct du successeur de Soleimani, Esmail al-Qaani.

Al-Qaani a pris le commandement des milices syriennes et irakiennes alignées sur le CGRI après la mort de Soleimani, les officiers irakiens étant subordonnés aux officiers iraniens, a rappelé al-Abed.

Ces miliciens sont déployés dans les zones désertiques qui s'étendent autour d'al-Boukamal et autour de la ville d'al-Mayadeen, a-t-il ajouté.

L'objectif premier de cette nouvelle milice consiste à « imposer un contrôle total et réprimer toute tentative par les habitants de la région d'organiser une rébellion », a poursuivi al-Abed.

Elle cherche également à asseoir l'autorité d'al-Qaani, dans la mesure où cette nouvelle milice est placée sous son commandement et n'est pas l'une des milices qui avaient été formées par Soleimani.

Le CGRI a renforcé sa présence dans les régions de Syrie où il espère asseoir son influence, en particulier dans Deir Ezzor, une province qui revêt une importance stratégique en raison de sa proximité avec la frontière irakienne.

Il y est en concurrence avec la Russie, a précisé al-Abed, soulignant pour conclure que des patrouilles russes avaient également été observées dans certaines régions de Deir Ezzor.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500