Économie

Les Irakiens aident ceux qui sont affectés par les retombées économiques de la pandémie

Khalid al-Taie

image

Des soldats de l'armée irakienne distribuent des paniers de nourriture aux personnes dans le besoin affectées par les mesures de prévention contre le COVID-19, le 1er avril. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Le gouvernement irakien travaille avec les organisations humanitaires pour apporter une aide aux familles dans le besoin affectées par le couvre-feu national imposé depuis le 17 mars pour prévenir la propagation du nouveau coronavirus (COVID-19).

Cette pandémie mondiale montre la solidarité qui existe entre les Irakiens, qui s'empressent de s'entraider quelles que soient leurs origines.

« Ces temps difficiles ont une nouvelle fois démontré le véritable courage des Irakiens, leur unité et leur solidarité », a expliqué Layla al-Barazanchi, directrice de Jud, une organisation humanitaire de Mossoul pour le développement et la reconstruction.

« Nous recevons quotidiennement des dons de nourriture de personnes nanties et d'autres moins fortunées pour les distribuer aux familles dans le besoin », a-t-elle indiqué. « Ces personnes nous font parfois des dons en espèces pour que nous achetions de la nourriture pour les plus démunis. »

image

Le ministère irakien du Commerce continue de traiter des envois de rations alimentaires aux Irakiens en dépit de la pandémie de COVID-19. [Photo fournie par le ministère irakien du Commerce]

Des équipes de bénévoles de Jud et d'autres organisations ont distribué des paniers alimentaires aux nécessiteux, qui contiennent différents aliments secs et des articles de premier secours.

« Nous avons distribué ces paniers aux familles démunies, dont la plupart vivent dans l'ouest de Mossoul, en particulier dans la Vieille Ville, ainsi que dans certains quartiers de l'est de la ville, comme al-Intisar et Somar », a précisé al-Barazanchi.

Quelque 60 femmes bénévoles de Jud ont également cousu des kits de protection sanitaires dans l'atelier de couture de l'organisation, qui fournit actuellement près de 10 000 masques par jour, qui sont distribués aux hôpitaux, aux forces de sécurité et aux habitants.

Les forces de sécurité aident les familles dans le besoin

De leur côté, les forces de sécurité viennent renforcer l'effort national d'aide aux familles dans le besoin.

Le général de brigade Nihad al-Mahdawi, porte-parole du commandement de la police de Diyala, a expliqué à Diyaruna qu'elles distribuaient au moins 2000 paniers de nourriture par semaine.

Elles vont également rendre visite à ces familles pour vérifier leur état de santé et faire remonter leurs requêtes et leurs doléances, en collaboration avec des organisations de la société civile et des bénévoles.

Le commandement de la police de Diyala prépare « une base de données sur les familles pauvres et dans le besoin et leur regroupement en trois catégories, afin de pouvoir leur apporter cette aide de manière systématique et ciblée », a indiqué al-Mahdawi.

« Des comités de sécurité spécialisés ont identifié environ 3 000 familles de Baquba (la capitale de la province de Diyala) qui ont un besoin urgent de soutien continu et ciblé », a-t-il ajouté.

Ces comités travaillent maintenant à l'identification des familles éligibles dans les derniers districts de Diyala et les intègrent dans la base de données, a-t-il poursuivi, précisant que « cela permettra d'orienter directement les ressources et les efforts de manière optimale vers ces familles, en temps normal et en situation de crise et d'urgence ».

Plusieurs ministères irakiens ont également mobilisé leurs efforts pour venir en appui aux nécessiteux, avec l'aide de bénévoles.

Le ministère du Travail travaille avec des organisations de la société civile pour distribuer un million de paniers alimentaires aux familles pauvres de la province de Bagdad et d'autres.

Par ailleurs, le ministère du Commerce continue de fournir des rations alimentaires pour aider les détenteurs de cartes par le biais de ses agents certifiés, a-t-il expliqué dans un communiqué.

La situation semble « rassurante », et les entrepôts renferment d'importants stocks de produits alimentaires essentiels, a-t-il ajouté.

Le ministère a indiqué qu'entre le début du couvre-feu et le 7 avril, il avait distribué trois millions de sacs de farine (de 50 kilos chacun), et d'autres fournitures, comme de l'huile de cuisson, du riz et du sucre.

Initiatives de solidarité sociale

Le sous-secrétaire du ministère irakien de la Santé Jassim al-Falahi a expliqué à Diyaruna que les mesures préventives que la cellule de crise du COVID-19 a mises en place prennent en compte les situations économiques difficiles des familles déshéritées.

« De nombreuses familles dépendent des salaires journaliers et ont vu leurs moyens de subsistance affectés par le couvre-feu ; le gouvernement leur fournit de la nourriture et leur apporte un soutien social », a expliqué al-Falahi, un membre de cette cellule de crise.

Lors d'une réunion le 7 avril, le Haut Comité irakien pour la santé et la sécurité sociale a alloué 600 milliards de dinars irakiens (près d'un million de dollars) sur les deux prochains mois pour aider près de dix millions de citoyens.

Al-Falahi a salué les initiatives de solidarité sociale, affirmant que « les dons provenant de chefs d'entreprises et de personnes fortunées, ainsi que les initiatives caritatives et humanitaires provenant de diverses organisations contribuent à soutenir le gouvernement dans ses efforts pour contenir les retombées économiques du plan de prévention de la pandémie ».

Ce soutien ne se limite pas à la fourniture de nourriture aux plus démunis, mais « apporte également à nos institutions sanitaires des kits de protection sanitaires et des respirateurs », a-t-il poursuivi.

Ces initiatives locales permettront de construire quatre hôpitaux destinés à traiter les patients atteints du coronavirus, selon al-Falahi.

« Cette crise aura une fois encore révélé la profondeur des liens entre les Irakiens et l'étendue de leur conscience civique », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500