Sécurité

L'Irak rouvre un poste important à la frontière syrienne

Khalid al-Taie

image

Des membres de la sécurité irakienne posent des fils de fer barbelés pour fortifier la barrière à la frontière avec la Syrie, sur cette photo postée en ligne le 14 octobre 2019. [Photo fournie par le commandement de la police aux frontières]

Un poste important à la frontière syrienne est désormais rouvert, et les autorités envisagent maintenant d'en rouvrir cinq autres qui avaient été détruits par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a indiqué le commandement des gardes-frontières irakiens, mercredi 18 mars.

Le poste-frontière d'al-Waleed proche du franchissement d'al-Waleed a été rouvert pour venir en appui aux efforts destinés à renforcer la sécurité le long de la frontière avec la Syrie, a expliqué le lieutenant général Hamid al-Husseini, commandant des gardes-frontières, à Diyaruna.

Il s'agit du premier poste important à être reconstruit et remis en service, a-t-il ajouté.

Quatre autres postes importants qui abritent des régiments seront rouverts dans le secteur de la 4e Brigade de gardes-frontières, a-t-il précisé.

image

Un membre de la Police aux frontières irakienne surveille la frontière irako-syrienne via des caméras de surveillance sur cette photo postée en ligne le 25 novembre 2019. [Photo fournie par le commandement de la police aux frontières]

Parmi eux se trouvent les postes « al-Waleed Sud » et « Martyr 1er lieutenant Abou Bakr », en plus d'un cinquième dans le secteur de la 15e Brigade des gardesfrontières.

Les infrastructures de la frontière irako-syrienne, dont les postes de contrôle sont un élément central, ont souffert de bombardements et de démolitions de la part des militants de l'EIIS.

« Lorsque nous avons repris le contrôle de la frontière (fin 2017), près de 200 postes et postes avancés avaient été totalement détruits par les terroristes », a indiqué al-Husseini.

En conséquence, les gardes-frontières avaient installé des tentes et des caravanes le long de la frontière, et la coalition internationale avait fourni au commandement frontalier une centaine de postes mobiles et des véhicules de soutien.

Le commandement des gardes-frontières avait également rouvert « quinze petits postes avancés au nord et au sud de la ville d'al-Qaim à proximité de la frontière syrienne », a expliqué al-Husseini.

Fortifier la bande frontalière

Des efforts sont en cours pour fortifier la bande frontalière avec la Syrie, qui s'étend sur une longueur de 610 kilomètres, dans les provinces de l'Anbar et de Ninive, a-t-il expliqué.

« Aujourd'hui, plus de 300 kilomètres de cette bande sont fortifiés, notamment dans la région d'al-Baghouz (au nord de l'Euphrate), ainsi que dans la région s'étendant du sud de la ville d'al-Qaim au franchissement d'al-Waleed », a-t-il poursuivi.

Ces fortifications constituent « un système intégré qui inclut des levées de terre, des tranchées, des clôtures BRC, des caméras de surveillance thermiques et des tours d'observation », a-t-il ajouté.

Sont également prévus « des détachements et des patrouilles de dissuasion qui patrouillent 24h/24 pour prévenir toute infiltration par des éléments terroristes », a-t-il continué.

Un projet a été mené à bien consistant à tirer un câble optique jusqu'à la frontière irako-syrienne, a-t-il conclu, qui permettra d'améliorer les communications et le transfert d'images et de données de la bande frontalière au centre de surveillance électronique de Bagdad.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)