https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/03/18/feature-04

Sécurité |

Les États-Unis accusent la Russie de la mort de soldats turcs

AFP

image

Des Syriens de la ville d'Idlib, dans le nord-ouest du pays, mènent des prières funéraires le 28 février pour plusieurs dizaines de soldats turcs tués la veille lors d'une frappe aérienne dans la province d'Idlib. [Abdulaziz Ketaz / AFP]

Les États-Unis ont pour la première fois mardi 17 mars tenu la Russie responsable de la mort de dizaines de soldats turcs en Syrie alors qu'ils juraient de rendre des comptes.

Une frappe aérienne dans la province d'Idlib, au nord-ouest de la Syrie, le 27 février , a tué 34 soldats turcs , bien que la Turquie ait blâmé le régime syrien et conclu un nouvel accord de cessez-le-feu avec la Russie.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo, annonçant de nouvelles sanctions contre des responsables syriens, a blâmé la Russie, qui, avec l'Iran, a soutenu le régime syrien dans son offensive sanglante.

"Nous pensons que la Russie a tué des dizaines de militaires turcs au cours de leur opération militaire", a déclaré Pompeo, sans citer d'incident spécifique.

image

Une photo prise le 25 février montre des mines antipersonnel russes désamorcées dans le village d'Al-Nairab, dans la province d'Idlib, après que des combattants soutenus par la Turquie ont saisi le village des forces du régime syrien. [Omar Haj Kadour / AFP]

"Nous sommes solidaires avec notre allié de l'OTAN, la Turquie, et nous envisagerons des mesures supplémentaires pour soutenir la Turquie à la fin des violences", a-t-il déclaré.

Sanctions à l'encontre d'un ministre syrien

Les analystes doutaient largement que la force aérienne délabrée du régime syrien puisse effectivement frapper les forces turques, mais jusqu'à présent, les États-Unis avaient évité de blâmer la Russie, compte tenu des déclarations officielles d'Ankara.

Après l'incident de février, la Turquie a tué des dizaines de soldats du régime syrien en représailles, mais le président Recep Tayyip Erdogan a ensuite négocié un cessez-le-feu avec son homologue Vladimir Poutine, qui comprend des patrouilles conjointes russo-turques.

Pompeo a également annoncé de nouvelles sanctions contre le ministre syrien de la Défense Ali Ayoub, l'accusant d'avoir détruit une trêve antérieure par l'offensive.

"Ses actions délibérées depuis décembre 2019 ont empêché un cessez-le-feu de s'établir en Syrie", a déclaré Pompeo.

En vertu des sanctions, tous les avoirs américains d'Ayoub sont gelés et les États-Unis peuvent poursuivre quiconque pour transactions financières avec lui.

Les responsables américains avaient précédemment évoqué la mort des troupes turques comme preuve qu'Ankara devait être prudent quant à l'établissement de relations avec la Russie.

Les affrontements d'Idlib défient la trêve

Parallèlement, les affrontements de mardi à Idlib ont tué quatre combattants du régime et un combattant de l'opposition, en violation d'une trêve entrée en vigueur le 6 mars, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Avant l'aube du premier jour de la trêve, un échange de tirs a tué six combattants du régime et neuf extrémistes, mais les belligérants l'ont largement respecté depuis.

Malgré les affrontements de mardi, le régime et les avions russes sont restés absents du ciel de la région, a déclaré le directeur de l'Observatoire, Rami Abdel Rahman.

L'offensive du régime soutenue par la Russie sur la région d'Idlib a tué environ 500 civils et déplacé près d'un million de personnes depuis décembre.

Les habitants se sont dits sceptiques quant à la tenue du cessez-le-feu, d'autant plus que le régime syrien a déclaré à plusieurs reprises qu'il ramènerait éventuellement toute la Syrie sous son contrôle.

Êtes-vous favorable aux efforts de la coalition en Irak ?
2 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

L'Amérique est derrière la destruction des pays.

Répondre

L'Amérique est un pays qui ment. C'est le parrain numéro un du terrorisme mondial.

Répondre