Sécurité

La Turquie exhorte la Russie à lutter contre les violations de la trêve en Syrie  

AFP

image

Un Syrien pose près d'un fragment de missile sol-sol à l'entrée de sa maison détruite dans le village de Kansafra, dans la province d'Idlib, le 8 mars, à la suite d'un accord de cessez-le-feu russo-turc. [Aaref Watad / AFP]

La Turquie a exhorté la Russie mercredi 11 mars à faire face aux violations présumées d'un cessez-le-feu datant d'une semaine par les forces du régime syrien à Idlib.

"Bien qu'il n'y ait eu que de petits incidents ici et là, le cessez-le-feu a commencé à être violé", a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan. "Nous partageons ces développements avec la Russie ... et nous attendons d'eux qu'ils prennent des mesures."

Erdogan a conclu une trêve la semaine dernière avec son homologue russe Vladimir Poutine, qui soutient le régime syrien, mais les accords précédents se sont révélés temporaires.

La Turquie a lancé une opération militaire en Syrie après que plus de 50 de ses soldats ont été tués à Idlib le mois dernier.

image

Le 10 mars, deux jeunes syriens conduisent leur moto derrière un convoi militaire turc qui traverse la zone près de la ville syrienne de Kefraya sur l'autoroute reliant Idlib au poste frontière de Bab al-Hawa avec la Turquie. [Ahmad al-Atrash / AFP]

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré que les pourparlers se déroulaient "de manière constructive" avec la Russie pour lancer des patrouilles conjointes le long de la principale route M4 à Idlib dimanche, comme convenu dans le cadre de l'accord de cessez-le-feu.

En plus de soutenir certains groupes d'opposition, la Turquie a mis en place des postes d'observation militaire à Idlib dans le cadre d'un accord de 2018 avec la Russie visant à empêcher une attaque du régime.

"Nous avons signé le cessez-le-feu temporaire à Moscou. Il s'agit maintenant de faire de ce cessez-le-feu un accord permanent", a déclaré Erdogan. "Nous poursuivons cela rapidement maintenant. Une fois que nous en aurons fini, nous aurons une tâche plus facile".

"Face à la plus petite attaque (sur nos postes), non seulement nous riposterons, mais nous réagirons beaucoup plus fortement", a-t-il souligné.

Le régime syrien, soutenu par les troupes iraniennes et les frappes aériennes russes, se bat pour reprendre Idlib depuis décembre, poussant près d'un million de civils vers le nord en direction de la frontière turque.

La Turquie accueille déjà quelques quatre millions de réfugiés et a demandé une assistance accrue de l'Europe et de ses partenaires de l'OTAN pour faire face à la crise.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)