https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/02/24/feature-03

×
×
Droits de l'Homme |

Les Nations unies mettent en garde contre le risque de « bain de sang » dans le nord-ouest de la Syrie

AFP

image

De jeunes Syriens assis dans un cimetière après que leurs familles déplacées se sont réfugiées dans la salle de prière, dans la ville de Sarmada à Idlib, le 23 février. [Aaref Watad/AFP]

Les combats dans le nord-ouest de la Syrie se rapprochent « dangereusement » des campements d'environ un million de personnes déplacées, posant le risque d'un « bain de sang » imminent, ont déclaré les Nations unies lundi 24 février.

Mark Cutts, coordinateur humanitaire régional adjoint des Nations unies pour la crise en Syrie, a également déclaré que les Nations unies essayaient de doubler les livraisons d'aide en passant par un poste-frontière depuis la Turquie, en passant de 50 à 100 camions par jour.

« Les combats se rapprochent maintenant dangereusement d'une zone où plus d'un million de personnes vivent sous des tentes et dans des abris de fortune », a déclaré Cutts, mettant en garde d'un risque de « véritable bain de sang ».

Une offensive de plusieurs mois menée par les forces du régime syrien soutenu par la Russie dans le nord-ouest d'Idlib a vu des centaines de milliers de personnes fuir les violences.

image

Une vue aérienne du 22 février montre un nouveau camp de déplacés internes près de la ville de Maaret Misrin, dans la province syrienne d'Idlib. [Aref Tammawi/AFP]

En raison de cette escalade de la situation, Cutts a déclaré que les Nations unies revoyaient à la hausse leur appel de fonds pour la crise de 330 à 500 millions de dollars, ajoutant qu'il manquait environ 370 millions de dollars.

L'ONU a envoyé 1200 camions d'aide dans la région en janvier, et 700 autres jusqu'à présent en février, a fait savoir Cutts.

« La réalité est que cela ne suffit pas. Nous sommes à peine en mesure de répondre aux besoins de la population en rations alimentaires les plus urgentes, en tentes, en couvertures et en articles d'hiver », a-t-il déclaré.

Cutts a déclaré que les travailleurs humanitaires étaient « débordés », que certains entrepôts avaient été pillés et que les combats avaient endommagé quelque 77 hôpitaux et autres installations médicales.

Les frappes russes tuent cinq civils

Cinq civils sont morts lundi lors des frappes aériennes russes sur la zone de Jabal al-Zawiya, dans le sud d'Idlib, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme, ajoutant que les forces du régime ont rapidement gagné du terrain dans le sud d'Idlib au cours des dernières 24 heures.

Elles se sont emparé de « plusieurs villes et villages » au sud de l'autoroute M4 qui relie le bastion du régime côtier de Latakia à la ville d'Alep, qui est contrôlée par le régime, a-t-il précisé.

Pour le directeur de l'observatoire Rami Abdel Rahman, le but ultime du régime est de récupérer les portions de la M4 encore sous le contrôle de l'alliance extrémiste Tahrir al-Sham et des groupes d'opposition alliés.

Cela nécessitera des opérations contre les villes d'Ariha et de Jisr al-Shughour, toutes deux situées le long de la M4.

Ces dernières semaines, les forces pro-régime ont repris le contrôle d'un autre axe commercial majeur traversant le nord-ouest de la Syrie, la M5 qui relie Damas à Alep, et ont repris la région entourant cette ville du nord.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire