https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/02/21/feature-03

×
×
Sécurité |

L'Irak enquête sur un charnier de l'EIIS près de Tal Afar

Par Khalid al-Taie

image

Une équipe irakienne examine une fosse commune de victimes de l'EIIS dans la ville de Mossoul, le 30 mars 2019. [Photo fournie par la Fondation des martyrs irakiens]

Une enquête a été ouverte sur le site d'une fosse commune près de la ville de Tal Afar, à l'ouest de la ville de Mossoul, qui détiendrait un grand nombre de victimes de "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), a déclaré vendredi 21 février un responsable irakien.

"La tombe est une énorme fosse naturelle située à cinq kilomètres au nord-ouest de Tal Afar en direction de la route qui relie la ville à la région d'al-Ayadiya", a déclaré à Diyaruna le maire de Tal Afar, Qassim Mohammed Sharif.

"Les habitants ont nommé la fosse "puits d'Alou Antar", mais son nom officiel est 'puits Al-Hammam'", a-t-il noté.

"Des témoins oculaires ont confirmé que pendant l'occupation par l'EIIS de la province de Ninive, ses combattants venaient quotidiennement sur le site avec les corps de leurs victimes ou des civils qu'ils exécuteraient sur le terrain et les jetteraient dans la fosse", a-t-il indiqué.

image

Les parents yézidis de la ville de Sinjar pleurent sur la tombe où les corps de leurs proches tués par l'EIIS seront enterrés. [Photo de la page Facebook officielle de Kojo]

"L'EIIS a ensuite enterré les victimes en jetant des gravats sur elles avec une pelle de tracteur ou en faisant exploser des parties de la fosse", a-t-il ajouté.

Plus de 1000 victimes

Selon les rapports des témoins, il pourrait y avoir eu plus de 1000 victimes, non seulement des résidents de Tal Afar, mais très probablement des civils de Mossoul et d'autres villes de Ninive qui se sont opposés à l'idéologie du groupe terroriste, a dit Sharif.

La fosse pourrait également inclure les corps de citoyens qui étaient d'anciens membres des forces de sécurité et des fonctionnaires de la commission électorale, a-t-il précisé, notant que les victimes proviennent de tous les milieux ethniques et religieux et comprennent des femmes et des enfants.

La zone dans laquelle se trouve la tombe a été bouclée en raison du niveau élevé de contamination par les mines sur la route Tal Afar-al-Ayadiya et à divers autres endroits de la zone, a-t-il fait savoir.

"La société en charge de l'enlèvement des mines - MAG - nous a récemment informé qu'elle avait complètement nettoyé la zone des explosifs", a-t-il ajouté.

La Direction de la défense civile de Tal Afar a commencé jeudi à enquêter sur la tombe, en collaboration avec l'administration locale, les agences gouvernementales et les représentants de l'ONU, a-t-il dit.

Une première étude du site est compatible avec les témoignages et certains restes étaient visibles en surface, a noté Sharif.

"Cette tombe est un autre témoin vivant des crimes terribles commis par les terroristes", a-t-il dit.

Il s'agit de la deuxième tombe sous la forme d'une fosse creusée dans le sol que les militants de l'EIIS ont utilisée comme lieu pour tuer et enterrer leurs victimes.

L'autre tombe, connue localement sous le nom de al-Khasfa, dans la région de Hammam al-Alil au sud de Mossoul, est l'une des fosses communes les plus connues à ce jour, selon des estimations officieuses indiquant qu'elle contient les restes de 25 000 corps.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire