https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/02/20/feature-03

×
×
Terrorisme |

Le gouvernement irakien gèle les avoirs de 93 entités soutenant les entités terroristes

Par Khalid al-Taie

image

Un employé de banque irakien examine les relevés bancaires d'un client dans cette photo publiée le 26 décembre 2018. [Photo de la banque Al-Rashid]

Le gouvernement irakien, suite aux recommandations du Comité International de Sanctions, a émis un ordre de gel d'avoirs pour 93 individus et entités autour du monde accusés de soutenir le terrorisme.

Les quatre résolutions de gel ont été émises vendredi 13 février par le Comité irakien pour le gel de fonds terroristes, présidé par le gouverneur de la banque centrale d'Irak et dont les membres sont issus de 10 ministères, agences gouvernementales et services de sécurité.

D'après les résolutions, publiées par le bureau de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, 77 individus sont touchés par les sanctions.

Ils sont originaires de plusieurs pays, y compris le Mali, le Nigeria, la Tunisie, l’Égypte, les Philippines, le Yémen et l'Afghanistan.

Ils comprennent aussi trois irakiens : Muthanna Harith al-Dari, Abdoul Rahman Mohammed al-Qadouli, et Maysar Ali Mousa Abdullah al-Juboury.

La liste des sanctions comprend aussi 16 organisations qui financent et soutiennent le terrorisme, y compris Ansar al-Sharia, Ansar al-Muslimin au Soudan, al-Murabitoun, Ahl al-Sunna pour Daawa et Jihad (Boko Haram), la Fondation Internationale pour la Bénévolence, Fondation Secours International et l'Organisation humanitaire Wafa.

L'Irak déterminé à confronter le terrorisme

Les résolutions de gel « confirment l'engagement de l'Irak envers le comité de sanctions du Conseil de sécurité et aux chartes de l'ONU et tous les organes internationaux concernant la lutte contre les sources de financement de groupes terroristes », a indiqué le porte-parole de la Banque centrale irakienne Aysar Jabbar à Diyaruna.

« La banque centrale, à travers le comité de gel de fonds, joue un rôle clé dans le gel des avoirs financiers et ressources économiques de tous les individus, les institutions et entités classés sur les listes terroristes et ayant été frappés de sanctions internationales», a-t-il expliqué.

Chaque liste envoyée au bureau de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme verra ses membres « interdits d'entrer le système financier irakien », a-t-il souligné.

Les institutions bancaires sont avisées pour restreindre leurs comptes, geler leurs avoirs et suivre leurs activités financières et commerciales, a ajouté Jabbar.

« La banque annonce en permanence et en toute transparence les entités désignées sur les listes terroristes et les résolutions émises contre eux conformément à la loi irakienne de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme n° 39 de 2015 et la loi pour le gel de fonds terroristes n° 5 de 2016», a-t-il souligné.

Les contributions de la banque centrale à la lutte contre les individus et entités qui soutiennent le terrorisme ont « aidé à renforcer les efforts nationaux pour fournir un environnement sûr et stable pour le peuple irakien », a signalé Jabbar.

« Nos opérations, au niveaux légal et procédural, ont énormément affaibli la richesse des terroristes et ils ne peuvent plus financer leurs actes terroristes odieux contre les innocents», a-t-il fait savoir.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire