https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/02/20/feature-01

×
×
Éducation |

Campagne contre l'idéologie de l'EIIS dans l'Anbar

Saif Ahmed dans l'Anbar

image

Le gouverneur de l'Anbar, Ali Farhan al-Dulaimi (à droite), rencontre des cheikhs tribaux et des membres des forces de sécurité sur une photo publiée le 26 janvier. [Photo fournie par le gouvernement de l'Anbar]

Le gouvernement local de l'Anbar mène une campagne de sensibilisation aux dangers de l'idéologie de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Cette campagne, lancée début février en collaboration avec les directions de l'éducation et les chefs tribaux, appelle les habitants de la province à rejeter l'idéologie extrémiste et à aider les forces irakiennes à maintenir la sécurité dans les zones libérées.

Cette campagne d'un mois couvre Ramadi, Falloujah, al-Qaim, al-Rutba, Heet et Haditha pour sa première phase, a expliqué à Diyaruna Omar al-Thiyabi, responsable du bureau du gouverneur de l'Anbar.

Elle se poursuivra dans les camps de déplacés d'al-Amiriya et d'al-Habbaniya, a-t-il fait savoir.

« La guerre se fait maintenant au niveau idéologique contre l'extrémisme et le crime », a-t-il déclaré. « Chacun est responsable de la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes en sensibilisant et en guidant les jeunes et les élèves».

Cela inclut les enfants qui vivent dans les camps de déplacés, a-t-il ajouté, en soulignant que l'EIIS a ciblé les membres financièrement vulnérables de la société pour le recrutement.

Le groupe a également l'habitude de manipuler les textes religieux pour les utiliser afin de recruter des jeunes pour combattre dans ses rangs, a ajouté al-Thiyabi.

« En collaboration avec la Dotation sunnite, les chefs tribaux, les érudits religieux et les professeurs de l'université de l'Anbar, nous avons organisé des séminaires, des conférences et des réunions pour jeter la lumière sur les réalités du terrorisme », a-t-il rapporté.

Le but de ces événements est de faire comprendre à tous les participants que l'EIIS a tenté de détruire l'Anbar « en répandant la haine et le sectarisme », a-t-il ajouté.

Les mosquées combattent l'idéologie de l'EIIS

Les mosquées de l'Anbar jouent également un rôle important dans la lutte contre l'idéologie extrémiste, a déclaré Cheikh Hammoudi al-Nouri de la direction de la Dotation sunnite de Ramadi.

Des éléments de l'EIIS ont utilisé les chaires de mosquée pour propager l'idéologie extrémiste du groupe, a-t-il raconté à Diyaruna, notant que « les émirs de l'EIIS qui ont pris le contrôle des mosquées et des lieux de culte ont prononcé des sermons et émis des fatwas takfiristes ».

« Les mosquées jouent aujourd'hui un rôle important dans la sensibilisation à travers les sermons du vendredi et les cercles de prière, alors que nous cherchons à montrer aux civils les dangers de l'idéologie extrémiste et la façon dont nous la combattons », a-t-il déclaré.

« L'Anbar a été soumis à des niveaux élevés de destruction et de déplacement de sa population pendant plus de trois ans, ce qui a entraîné des souffrances sans fin », a déploré Abdoullah Mizaal, qui enseigne à l'université de l'Anbar.

C'est le résultat de la diffusion « d'idées étrangères à la religion, à l'Islam et à l'humanité », a-t-il déclaré à Diyaruna, notant que l'EIIS « pensait qu'il était bon de tuer son père, sa mère ou son frère s'ils rejetaient son idéologie et s'opposaient aux fatwas qu'il émettait ».

Ces dernières incluaient notamment de décrets tels que ceux « interdisant de boire de l'eau froide ou de manger des cornichons », a-t-il fait savoir, soulignant que le groupe a même « émis une fatwa contre le fait de mélanger des concombres et des tomates ».

« Quelles sont ces croyances », a-t-il demandé ?

En plus de répandre de fausses fatwas, l'EIIS a détruit des bâtiments et des programmes scolaires dans les zones de l'Anbar qui étaient sous son contrôle, a-t-il déclaré, avertissant que « nous devons faire preuve de prudence si nous ne voulons pas revenir à la case départ ».

Soutenir la sécurité et la stabilité

« Les femmes ont un rôle important à jouer dans tous les domaines, et elles jouent en effet un rôle significatif dans la phase actuelle de soutien à la stabilité », a affirmé Sana Abbas, du département des femmes et de la société de la direction de l'éducation de Ramadi.

« Nous nous sommes concentrés sur la visite des camps de déplacés d'al-Amiriya et d'al-Habbaniya, où certaines formes de pensée persistent encore dans l'esprit des enfants, comme par exemple le fait que l'EIIS a l'autorité de l'État », a-t-elle rapporté à Diyaruna.

La campagne de sensibilisation a permis de faire en sorte que les résidents des camps soient pleinement informés « de la réalité du terrorisme et de ses véritables objectifs », a-t-elle déclaré.

« La pause au milieu de l'année a été une période importante pour la campagne de sensibilisation, car le personnel enseignant a organisé des réunions avec les parents pendant cette période, et des conseils ont été donnés sur la façon dont les élèves pouvaient passer leur temps », a fait savoir Abbas.

« La participation de tous les segments de la société, y compris les scientifiques, les enseignants, les écrivains, les chefs de tribus et les intellectuels, a donné un élan à cette campagne », a déclaré Shakir Ayoub al-Rawi du Syndicat des avocats de l'Anbar.

« La sécurité est la responsabilité de chacun, et les habitants de l'Anbar doivent protéger leurs maisons, leurs quartiers et leurs villes contre la déviance de l'EIIS, qui tente d'exploiter les simples d'esprit et les enfants », a-t-il indiqué à Diyaruna.

« Les forces de sécurité ont un mandat plus large et important, mais il est essentiel que des informations leur soient transmises au cas où quelqu'un tenterait de répandre des rumeurs ou d'utiliser les réseaux sociaux pour inciter au sectarisme et à la violence », a-t-il ajouté.

« C'est là que la campagne entre en jeu », a déclaré al-Rawi.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire