Sécurité

Les forces du régime syrien reprennent la majeure partie de Maaret al-Numan

Par Waleed Abou al-Khair au Caire et l'AFP

image

Un sauveteur de la défense civile syrienne transporte un enfant tiré de sous les décombres de sa maison dans la campagne d'Alep qui a été prise pour cible lors de frappes aériennes par des avions de guerre russes et syriens. [Photo fournie par la défense civile syrienne]

Les forces du régime syrien ont repris mardi 28 janvier la majeure partie de Maaret al-Numan, une ville semi-déserte d'importance symbolique et stratégique dans le dernier grand bastion syrien détenu par l'opposition, ont rapporté les médias officiels et un observateur de la guerre.

"L'armée syrienne a repris la plupart des quartiers de Maaret al-Numan "et peigne désormais les zones récupérées, a indiqué l'agence de presse d'État SANA.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme a indiqué que la plupart des combattants de l'opposition et des extrémistes s'étaient retirés après que les forces du régime aient pris d'assaut la ville de plusieurs fronts plus tôt dans la journée.

Il a rapporté que les forces du régime se sont retrouvées aux prises avec les quelques combattants restés enfermés dans la région, qui est sous contrôle de l'opposition depuis 2012.

Maaret al-Numan, qui est presque déserte après des mois de bombardements, se trouve sur l'autoroute M5 reliant Damas à la deuxième ville syrienne, Alep.

Sa reprise rapprocherait le régime du contrôle total du bastion plus large d'Idlib, dirigé par l'opposition, et de l'autoroute M5 qui le traverse.

De violents combats dans le sud-ouest d'Idlib

Les forces du régime et les milices alliées ont depuis vendredi saisi plus de 25 villes et villages autour de Maaret al-Numan, l'encerclant complètement, a déclaré l'Observatoire.

Ils ont pu avancer lundi vers les villages et les villes du sud et de l'est d'Idlib rural, après que des avions de guerre russes et syriens ont ouvert la voie par des dizaines de frappes aériennes, a déclaré à Diyaruna un militant local.

Le militant d'Idlib, Mossab Assaf, a expliqué que les forces du régime et les milices alliées "avaient pu faire de modestes avancées dans le sud rural d'Idlib après le retrait de Tahrir al-Sham et des éléments des milices alliées des fronts de bataille".

Les villes tombées sous le régime comprennent Maar Shurin, Maar Shamsha, Talmenes, al-Ghadafeh et al-Deir al-Sharqi, en plus de Babuline, Sahyan, Kafr Basin, al-Salhiyeh, Bseideh et Maar Hattat dans le sud rural d'Idlib, dit-il.

Plusieurs postes médicaux et hôpitaux ont été directement touchés et mis hors service, a-t-il noté, ajoutant qu'un sauveteur de la défense civile syrienne (casques blancs) a été tué et plusieurs autres blessés lors des frappes aériennes.

"L'hôpital d'Al-Iman dans la ville de Sarjah a été totalement détruit, tout comme un centre de premiers soins temporaire dans la ville de Maarat al-Artik dans le nord rural d'Alep et un autre dans la ville de Talmenes", a fait savoir Assaf.

Des véhicules utilisés comme ambulances pour transporter les blessés ont également été détruits lors des frappes aériennes, a-t-il ajouté.

Des bombardements ciblent des civils

Selon les chiffres de la défense civile syrienne, dit Assaf, au cours des 10 derniers jours, 95 civils, dont 32 enfants et un volontaire de la défense civile, ont été tués au cours des combats.

Environ 200 autres civils ont été blessés, parmi lesquels un grand nombre d'enfants et de femmes, a-t-il ajouté.

Dans les régions au nord de Maaret al-Numan, les bombardements de la Russie ont provoqué une nouvelle vague de déplacements ces derniers jours, des centaines de véhicules empruntant une voie de sortie clé vers des zones proches de la frontière avec la Turquie.

La plupart fuyaient la ville de Saraqib et la région de Jabal al-Zawiya.

La Russie a bombardé des zones autour des principales voies de sortie, malgré la forte sortie de civils, selon l'Observatoire.

Misty Buswell de l'International Rescue Committee a averti que la dernière escalade "ne fera qu'ajouter à la catastrophe humanitaire qui se déroule déjà".

Aimez-vous cet article?
1
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)