Terrorisme

Intellectuels religieux et yézidis condamnent le nouveau chef de l'EIIS et sa ligne dure

Khalid al-Taie

image

Le nouveau chef de l'EIIS Amir Mohammed Abdoul Rahman al-Mawli al-Salbi sur cette photo diffusée en ligne.

En choisissant un nouveau chef porteur d'une réputation de brutalité dépassant même celle d'Abou Bakr al-Baghdadi, « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) montre qu'il compte emprunter une voie encore plus extrémiste, ont expliqué des experts irakiens à Diyaruna.

Les services de renseignements ont récemment identifié le nouveau leader de l'EIIS comme étant Amir Mohammed Abdoul Rahman al-Mawli al-Salbi — l'un des fondateurs du groupe et un idéologue extrémiste qui a théorisé l'asservissement des Yézidies en Irak.

Lorsque l'EIIS a désigné Abou Ibrahim al-Hashimi al-Qurashi comme son nouveau chef en octobre, quelques jours seulement après qu'al-Baghdadi eut été tué lors d'une opération des forces spéciales américaines, ils étaient peu nombreux au sein comme en-dehors du groupe à connaître ce nom de guerre.

Aujourd'hui qu'apparaît une image plus complète de son identité, la profondeur et la portée de sa brutalité apparaissent au grand jour.

image

Des familles yézidies fuient les attaques de l'EIIS contre leurs villages le 3 août 2014. [Photo fournie par Khairi Bouzani]

Al-Salbi « n'est en rien différent de son prédécesseur en termes de barbarie et d'absolutisme des convictions dans l'idéologie terroriste qui est contraire aux enseignements de l'islam », a expliqué Sheikh Mohammed al-Shammaa, imam de la mosquée al-Nabi Yunus.

Leur idéologie « est basée sur le meurtre sans égard au caractère sacré ni à la rationalité ou suivant une approche saine et la voie vertueuse », a-t-il déclaré à Diyaruna.

« Après une défaite militaire honteuse, l'EIIS a décidé de se doter d'un chef encore plus extrémiste » qu'al-Baghdadi, qui avait commis ou avait eu largement sa part dans les crimes commis, a poursuivi al-Shammaa.

Il a souligné le nécessaire affrontement avec « l'idéologie déviante » du groupe pour l'empêcher « une nouvelle fois d'influencer les jeunes générations et de terroriser les gens ».

« Plus horrible qu'avant »

Le choix d'al-Salbi est « une tentative de la part du groupe de se repositionner comme encore plus horrible qu'avant », a déclaré pour sa part Salah al-Obeidi, un intellectuel islamique directeur du Forum des Érudits religieux de Mossoul.

« L'EIIS est le pire groupe terroriste qui soit apparu ces dernières décennies, et il cherche désespérément à rester vivant après avoir frappé en plein cœur », a-t-il déclaré à Diyaruna.

Toute nouvelle direction ne changera pas la réalité de l'effondrement de l'EIIS et de la mise en grand jour de ses mensonges, a continué al-Obeidi, soulignant le fait que son idéologie « a été rejetée et n'attire désormais plus personne ».

Le groupe a répandu « la haine, la destruction, le meurtre et la profanation », a-t-il ajouté, en contraste flagrant avec les vraies valeurs de l'islam.

Al-Obeidi a souligné l'importance de la lutte contre l'idéologie du groupe et la correction des fausses interprétations des textes religieux que les terroristes ont utilisés pour tromper les jeunes et jouer sur leurs émotions.

Ces interprétations rigoristes de l'islam « ne correspondant en rien à une approche idéologique saine ni aux valeurs humanitaires », a-t-il poursuivi.

Un triste sort attend le leader de l'EIIS

Le nouveau chef de l'EIIS « rencontrera le même sort que son prédécesseur », a prédit Khairi Bouzani, directeur général des affaires yézidies au ministère des Dotations et des Affaires religieuses.

Un destin semblable à celui d'al-Baghdadi « est la seule récompense pour ces terroristes responsables de la mort de milliers de Yézidis innocents » et de nombreux autres, a-t-il déclaré à Diyaruna.

« Quel que soit leur chef, les membres de l'EIIS suivent la voie du crime et de la profanation, qui ne représente aucune religion », a-t-il déclaré, soulignant que l'EIIS est un groupe vicieux qui prospère sur le bain de sang.

Bouzani a souhaité la poursuite des opérations anti-EIIS afin qu'il ne soit donné à ce groupe aucune chance de se regrouper.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

L’État de l'Islam continuera.

Répondre