https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/24/feature-02

×
×
Politique |

L'Union européenne condamne l'offensive dans le nord-ouest de la Syrie

AFP

image

De la fumée s'échappe lors de frappes aériennes sur le village de Kafr Rumah dans le sud de la province rurale d'Idlib le 26 novembre. [Omar Haj Kadour / AFP]

L'Union européenne a condamné jeudi 23 janvier la reprise des combats autour d'un bastion de l'opposition dans le nord-ouest de la Syrie, exigeant la fin des frappes aériennes "inacceptables" qui ont tué des civils.

Les frappes aériennes russes à Idlib ont tué jeudi huit civils, dont cinq enfants, a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Cinq civils de la même famille ont été tués à Saraqeb et trois autres dans la ville d'Arnaba, a indiqué l'Observatoire.

"La région connaît des bombardements très intenses d'avions de guerre russes", a déclaré le chef de l'Observatoire Rami Abdel Rahman.

Vendredi, des bombardements russes ont visé l'ouest de la province d'Alep sans faire de victimes, a déclaré l'Observatoire.

La Russie soutient le régime du président syrien Bachar al-Assad alors qu'il tente de se rapprocher d'Idlib, le dernier bastion majeur détenu par l'opposition dans le pays.

Mardi, des frappes aériennes ont tué au moins 23 civils.

"Le renouvellement de l'offensive à Idlib, y comprisdes frappes aériennes répétées et des bombardements visant des civils est inacceptable et doit cesser", a déclaré un porte-parole de l'UE.

"L'UE continuera de réexaminer les sanctions contre le régime al-Assad tant que ces attaques brutales se poursuivront", a affirmé le porte-parole dans un communiqué.

Nécessité d'une solution politique

La plupart d'Idlib et certaines parties de la province d'Alep sont toujours contrôlées par des factions opposées au régime syrien, notamment l'alliance extrémiste Tahrir al-Sham.

Idlib abrite au moins trois millions de personnes, dont beaucoup ont fui vers d'autres parties du pays et ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence.

L'UE a exigé "un accès rapide, sûr et sans entrave" pour les organisations humanitaires et a souligné la nécessité d'une solution politique au conflit.

L'augmentation de la violence survient malgré un cessez-le-feu annoncé par Moscou au début du mois qui n'a jamais vraiment pris racine, et certains avertissent qu'une offensive terrestre pourrait être imminente.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), près de 350 000 personnes ont fui leurs maisons depuis le 1er décembre, principalement vers le nord depuis le sud d'Idlib, qui a subi le plus gros des frappes aériennes.

Entre le 15 et le 19 janvier, plus de 38 000 personnes ont fui la violence dans l'ouest de la province d'Alep, a déclaré OCHA vendredi.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire