https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/23/feature-05

×
×
Sécurité |

La résurgence de l'EIIS est possible si les États-Unis quittent l'Irak, selon un général

AFP

image

Une photo prise le 13 janvier, lors d'une tournée de presse organisée par la coalition internationale combattant l'EIIS, montre un membre des forces américaines passant devant un drone sur la base aérienne d'Ain al-Asad, dans la province irakienne occidentale de l'Anbar. [Ayman Henna / AFP]

Le groupe de "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) est affaibli mais une résurgence est possible si les États-Unis quittent l'Irak, a déclaré mercredi 22 janvier le général de division américain Alexus Grynkewich, commandant numéro deux de la coalition internationale en Irak et en Syrie.

Le groupe "reste certainement une menace", a-t-il déclaré. "Ils ont le potentiel de refaire surface si nous leur retirons la pression trop longtemps".

Grynkewich a déclaré qu'il ne voyait pas la menace d'un retour immédiat de l'EIIS.

"Mais plus nous perdrons de pression, plus cette menace continuera de croître", a-t-il souligné.

Lors d'une conférence de presse au Pentagone, il a déclaré que la faiblesse structurelle de l'EIIS était illustrée par son incapacité à profiter des manifestations en Irak appelant à des réformes politiques depuis octobre.

Après sa défaite en mars dernier, l'EIIS est entré dans la clandestinité et est revenu à une tactique de guérilla bien rodée qui a continué de faire des dégâts.

La coalition a voulu déterminer si le groupe "exécutait une sorte de patience stratégique, attendait une opportunité qu'il pouvait exploiter, ou était-il vraiment un peu plus dans les cordes et manquant de capacité et de capacité?" dit Grynkewich.

Il a expliqué que les manifestations irakiennes ont aidé la coalition à affiner son évaluation "qu'il s'agit en fait que l'EIIS est un peu plus du côté du manque de capacités et de moyens, que stratégiquement patient".

Le rôle militaire américain est nécessaire

Les tensions entre Washington et Téhéran ont atteint le sol irakien ce mois-ci. Les États-Unis ont tué le général iranien Qassem Soleimanià Bagdad et Téhéran a attaqué en représailles une base irakienne hébergeant des soldats américains, dont certains ont été blessés.

Le parlement irakien a voté le 5 janvier pour évincer toutes les troupes étrangères, dont environ 5 200 soldats américains déployés aux côtés des forces locales.

Les troupes de la coalition ont depuis lors sensiblement réduit leurs opérations en Irak, même si la coopération avec l'armée irakienne se poursuit discrètement, selon plusieurs sources militaires américaines.

Le président américain Donald Trump et son homologue irakien Barham Saleh se sont mis d'accord mercredi à Davos, en Suisse, sur la nécessité de poursuivre le rôle militaire américain dans le pays, a déclaré la Maison Blanche.

"C'est vraiment une sorte de discussion de gouvernement à gouvernement sur le retour à la restauration complète de ce partenariat. Ils y sont certainement intéressés, tout comme nous", a déclaré Grynkewich.

Aimez-vous cet article?
4
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Non, non, l'Amérique!

Répondre