https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/23/feature-01

×
×
Sécurité |

Les autorités irakiennes redoutent que les actions des milices mettent en péril l'aide américaine

Hassan al-Obeidi à Bagdad

image

L'ambassadeur américain Matthew Tueller et le gouverneur de l'Anbar Ali Farhan posent la première pierre d'une école dans la province de l'Anbar, en novembre. [Photo fournie par le gouverneur de l'Anbar]

Plusieurs responsables irakiens dans les villes libérées de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont expliqué à Diyaruna qu'ils étaient préoccupés par les retombées des récentes attaques lancées par des milices irakiennes épaulées par l'Iran contre des cibles américaines en Irak.

Ils se disent inquiets du fait que les actions de ces milices pourraient conduire à la suspension des importants programmes financés par les États-Unis qui fournissent une assistance vitale, notamment dans des zones de déminage et dans les secteurs de la santé et de l'éducation.

Des dizaines de milliers d'Irakiens ont bénéficié directement de l'aide américaine, fournie par le biais de l'ambassade ou au travers de diverses organisations humanitaires, a expliqué Khalid al-Dulaimi, membre de la commission pour la reconstruction au conseil provincial de l'Anbar.

L'aide des États-Unis a fortement contribué à la réhabilitation et à la reconstruction d'hôpitaux, de dispensaires et d'écoles dans tout l'Irak, a-t-il précisé à Diyaruna.

image

L'ambassadeur américain Matthew Tueller et le gouverneur de l'Anbar Ali Farhan assistent à une cérémonie de pose de la première pierre d'une nouvelle école dans l'Anbar en novembre. [Photo fournie par le gouverneur de l'Anbar]

L'ambassadeur des États-Unis Matthew Tueller s'est récemment rendu dans l'Anbar où il a posé la première pierre d'une école modèle qui pourra accueillir plus de mille élèves à al-Habbaniyah, a-t-il relevé.

D'autres projets humanitaires financés par les États-Unis sont en cours de réalisation à Falloudjah, al-Qaim et Ramadi, a-t-il poursuivi, « dont chacun espère qu'ils ne seront pas impactés ».

Depuis que l'Anbar a été libéré de l'EIIS, a ajouté al-Dulaimi, plus de 40 projets d'aide à financement américain ont été mis en œuvre pour desservir les habitants de l'Anbar.

Les forces américaines ont également aidé les habitants des régions rurales et des villes lors des opérations de déminage et de retrait des engins explosifs improvisés (EEI) enterrés par l'EIIS, a-t-il continué.

L'engagement américain en Irak

L'aide internationale, dont les programmes financés par les États-Unis, constitue l'ossature de la mission visant à rétablir la stabilité à al-Rutba et dans le Haut-Euphrate, a indiqué pour sa part Sheikh Abdoul Rahman Jassem al-Dulaimi, membre du conseil tribal de l'Anbar.

En attaquant des sites qui accueillent des ressortissants américains, les milices pro-iraniennes pourraient menacer la fourniture de divers types d'aides américaines au peuple irakien, a-t-il ajouté.

Il s'agit notamment d'équipements médicaux essentiels, a-t-il poursuivi, précisant que « il y a quelques jours, un nouveau scanner à ultrasons a été installé dans le district de Haditha dans l'Anbar avec une assistance américaine » et que de ce fait les femmes n'auront plus à se déplacer jusqu'à Bagdad.

Le 12 novembre, l'ambassadeur des États-Unis en Irak a annoncé un nouveau don de 500 000 dollars à l'Université de l'Anbar pour l'aider à remettre sur pied ses services d'enseignement et d'enseignement professionnel dont pourront bénéficier les étudiants irakiens.

De plus, le gouvernement américain s'est engagé à fournir 100 millions de dollars pour participer à la stabilité dans la province de l'Anbar.

Lors de la cérémonie de pose de la première pierre de l'école Abdoul Rahman al-Nasser à al-Habbaniyah, Tueller a réaffirmé l'engagement continu des États-Unis en faveur de la reprise post-EIIS dans l'Anbar et dans d'autres provinces affectées.

« Ce programme permettra de rétablir des services de base comme l'eau, l'assainissement, l'électricité, la santé, le logement et l'éducation, qui sont la base du développement économique », a déclaré l'ambassade américaine à Bagdad dans un communiqué.

« Les États-Unis s'engagent à créer les conditions favorables au retour des personnes déplacées dans leurs régions de résidence pour qu'elles puissent y rebâtir leur vie », a-t-il ajouté.

« Les efforts humanitaires doivent se poursuivre »

Dans les Plaines de Ninive, quelque 37 000 personnes ont pu bénéficier des efforts des forces américaines pour le retrait des mines et des explosifs, a expliqué Hossam Talkaifi, membre du conseil local de la ville de Tall Kayf.

De nombreux villages et zones rurales ont été débarrassés des explosifs, a-t-il expliqué à Diyaruna, et des mosquées, des églises, plusieurs écoles et un dispensaire ont été réhabilités.

« Les attaques qui sont actuellement lancées par les milices frappent les habitants des villes libérées, qui ont désespérément besoin d'une assistance quotidienne à tous les niveaux, notamment pour ce qui touche à la reconstruction des infrastructures », a-t-il ajouté.

« Les efforts américains d'aide à la population irakienne n'exigent aucune explication, et les gens leur en sont reconnaissants », a déclaré à Diyaruna le député irakien Mohammed Abed Rabbo.

Ces efforts humanitaires doivent se poursuivre, a-t-il affirmé, et le gouvernement irakien doit mettre en place les conditions idoines pour les prestataires, notamment les employés des agences humanitaires, les personnels d'ambassade et les personnes de toutes les autres missions des Nations unies et étrangères.

Le commissaire du district de Falloudjah Mouayad al-Farhan a affirmé à Diyaruna sa reconnaissance pour le soutien et les programmes fournis par les organisations américaines, ajoutant en conclusion que « les marches quotidiennes dans la ville sont un rappel de cette assistance ».

Aimez-vous cet article?
3
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire