https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/22/feature-03

×
×
Terrorisme |

L'armée américaine revendique un 'succès' dans le piratage de l'EIIS, selon des documents

AFP

image

Cette photo prise le 11 juin 2015 à Sydney, en Australie, montre un membre de l'équipe travaillant sur un projet pour trouver des moyens de lutter contre la machine de propagande en ligne de l'EIIS. [Saeed Khan / AFP]

L'armée américaine affirme avoir "réussi" à perturberles efforts de propagande en ligne de "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS) dans une opération de piratage datant d'au moins 2016, a rapporté l'AFP.

La revendication a été faite dans des documents déclassifiés de sécurité nationale publiés mardi 21 janvier.

Les documents fortement caviardés et jusque-là les plus secrets ont déclaré que le commandement cybernétique américain "avait contesté avec succès l'EIIS dans le domaine de l'information" et avait limité ses efforts en ligne sur la radicalisation et le recrutement.

Il l'a fait "en imposant du temps et des ressources" au groupe.

Les documents publiés par les Archives de la sécurité nationale de l'Université George Washington offrent le regard le plus détaillé sur "Operation Glowing Symphony", la première opération offensive de piratage reconnue par le Pentagone.

L'évaluation a indiqué une "réduction significative" de la campagne en ligne menée par l'EIIS, mais a ajouté que les efforts du commandement cybernétique ont été ralentis par un processus "long et difficile" d'approbation de ses opérations.

Il a déclaré que, compte tenu de l'attente de "cyber opérations plus fréquentes et de plus grande envergure", de meilleures procédures devraient être mises en place pour "aider à accélérer le processus de demande et d'approbation".

Armes cybernétiques offensives

Les autorités ont déjà reconnu l'utilisation d'armes cybernétiques offensives dans le cadre de l'arsenal américain.

Mais les documents récemment publiés présentent l'évaluation la plus détaillée des mesures prises contre l'EIIS par un groupe de travail conjoint créé en 2016 par le président Barack Obama.

Selon un communiqué des archives de l'université, "Glowing Symphony" a été initialement approuvé pour une fenêtre de 30 jours fin 2016, mais un message administratif le juillet 2017 a prolongé l'opération.

Les documents, publiés sur demande de la loi sur la liberté de l'information, "révèlent la complexité sans précédent de l'opération, entraînant des problèmes de coordination et de déconfliction, et des évaluations de l'efficacité", selon les archives de l'Université George Washington.

L'opération de piratage représente la réponse des États-Unis aux préoccupations concernant la façon dont les groupes extrémistes avaient utilisé les médias sociaux et les services en ligne pour promouvoir leur cause, cherchant souvent à diffuser de la propagande pour le recrutement et la radicalisation.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire