https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/13/feature-03

×
×
Sécurité |

L'Iran derrière les attaques menées par les milices irakiennes

Par Faris al-Omran et l'AFP

image

Des portraits de combattants du Kataib Hezbollah sont affichés sur le mur de l'ambassade des États-Unis à Bagdad le 1er janvier après l'attaque de l'ambassade. [Ahmad al-Rubaye / AFP] 

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré dimanche 12 janvier qu'il était "indigné" par une autre attaque de missiles contre une base aérienne irakienne où des forces américaines étaient stationnées.

"Indignés par les informations faisant état d'une nouvelle attaque à la roquette contre une base aérienne irakienne", a déclaré Pompeo dans un article publié sur les réseaux sociaux. "Ces violations persistantes de la souveraineté irakienne par des groupes non fidèles au gouvernement irakien doivent cesser".

Il n'y a eu aucune revendication immédiate de responsabilité dans les attaques à la roquette de dimanche, qui, selon l'armée irakienne, auraient blessé deux officiers irakiens et deux aviateurs.

Les États-Unis ont précédemment imputé ces attaques à des groupes soutenus par l'Iran en Irak.

image

Un missile sol-sol Shahab-3 est exposé dans une exposition de rue par l'armée iranienne et le CGRI sur la place Baharestan à Téhéran le 26 septembre. [STR / AFP]

L'armée irakienne a déclaré dimanche qu'une volée de roquettes de type Katyusha a percuté la base aérienne d'al-Balad au nord de Bagdad, blessant deux officiers irakiens et deux aviateurs.

Al-Balad est la principale base aérienne des F-16 irakiens, qu'elle a achetés aux États-Unis.

La base abritait un petit contingent des forces aériennes américaines ainsi que des sous-traitants américains, mais la plupart ont été évacués à la suite d'une forte augmentation des frictions entre les États-Unis et l'Iran au cours des deux dernières semaines, ont indiqué des sources militaires.

Entraver la lutte contre l'EIIS

En ciblant les forces de la coalition internationale en Irak, l'Iran et les milices irakiennes affiliées violent la souveraineté irakienne et perturbent les efforts visant à éradiquer "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), ont indiqué des responsables à Diyaruna.

Ces bases militaires "sont situées sur le sol irakien et sont protégées par la souveraineté de l'État", a déclaré à Diyaruna le porte-parole tribal de Ninive, Cheikh Muzahim al-Huweit.

"Toute attaque sous prétexte que ces lieux abritent des forces internationales est répréhensible, car il s'agit d'une transgression contre notre souveraineté et notre sécurité nationale", a-t-il souligné.

"Cela menace nos intérêts stratégiques, car la présence de la coalition internationale a été officiellement demandée par l'Irak", a-t-il dit. "Les membres de la coalition sont les invités de l'Irak, qui ont pour mission de le protéger de la menace du terrorisme".

"La coalition a fourni un soutien à l'Irak et a aidé nos forces à vaincre l'EIIS, mais la mission n'est pas encore terminée", a déclaré al-Huweit, notant que les attaques contre les bases abritant les forces de la coalition saperaient les efforts de lutte contre l'EIIS.

Cela menacera à son tour la sécurité du peuple irakien, a-t-il dit.

Les milices au service de l'agenda iranien

Le 8 janvier, l'Iran a tiré une rafale de missiles sur des bases irakiennesabritant des troupes américaines et étrangères déployées dans le cadre de la coalition internationale combattant l'EIIS.

Lancée pour la première fois par des forces à l'intérieur de l'Iran plutôt que par procuration, l'attaque a marqué un nouveau tournant dans l'intensification de la confrontation entre les États-Unis et l'Iran.

Selon des experts irakiens, une attaque fin décembre contre l'ambassade américaine à Bagdada été orchestrée par l'Iran et menée par les milices irakiennes soutenues par l'Iran Kataib Hezbollah, Asaib Ahl al-Haq, l'Organisation Badr et Saraya al-Khorasani.

Le 27 décembre, une attaque contre le camp K1 dans la province de Kirkouk a tué un entrepreneur américain et blessé un certain nombre de soldats américains et irakiens.

La réponse américaine - des frappes près de la ville frontalière irakienne d'Al-Qaim et de l'autre côté de la frontière en Syrie -- a été spécifiquement dirigée contre le Kataib Hezbollah, a expliqué l'analyste irakien Ahmed Shawqi à Diyaruna.

La loyauté de milices comme le Kataib Hezbollah incombe à l'Iran, a-t-il dit, mais elles opèrent sous la bannière des Forces de mobilisation populaire (FMP).

"En réalité, cependant, ils ne prennent pas leurs ordres de l'Irak, mais servent l'agenda hostile de l'Iran", a déclaré Shawqi.

Cette association étroite avec l'Iran était évidente lorsque Abou Mahdi al-Muhandis membre fondateur du Kataib Hezbollah , a été tué aux côtés du commandant Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des gardes de la révolution islamique (FQ-CGRI), à Bagdad.

"Les agents de l'Iran ont diligemment cherché à contrôler le processus de prise de décision en Irak afin de saper la légitimité et le prestige de l'État irakien", a noté Shawqi.

Ces milices "ont depuis longtemps tué des Irakiens et marginalisé l'autorité de l'État afin de réaliser l'intention iranienne que l'Irak n'ait jamais la chance d'être stable, sûr et fort", a-t-il dit.

Ils "restent une menace dangereuse pour le peuple irakien et un outil entre les mains de l'Iran pour perpétuer les troubles en Irak et dans la région", a-t-il ajouté.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire