https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/09/feature-02

Terrorisme |

Les forces irakiennes coupent les sources d'approvisionnement et de logistique de l'EIIS

Khalid al-Taie

image

Deux membres des forces de sécurité irakiennes fouillent un repaire de l'EIIS dans le désert de Salaheddine en mai 2019. [Photo fournie par le ministère de la Défense irakien]

Les services de renseignement irakiens intensifient leurs efforts pour empêcher que du matériel logistique n'arrive aux derniers membres de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) qui se cachent dans des zones désertiques éloignées.

Ils cherchent à mettre à jour des sources secrètes de soutien logistique qui permettent aux extrémistes de survivre dans des environnements difficiles, ont expliqué des experts à Diyaruna.

Des informations du renseignement militaire ont révélé un réseau de partisans qui fournit aux éléments restants de l'EIIS des provisions, des médicaments et d'autres éléments essentiels pour les aider à rester en vie.

Le 25 décembre, les services de renseignement ont infiltré et démantelé une cellule de quatorze membres dans le district d'al-Qaïm, dans l'ouest de la province de l'Anbar, qui apportait un soutien logistique aux activistes dans le désert.

image

Des vêtements et de la nourriture ont été trouvés lors d'un raid irakien contre une maison de repos de l'EIIS dans le district d'al-Dibs, dans la province de Kirkouk. [Photo fournie par la Direction des renseignements irakiens]

Lors d'un autre incident le 16 décembre dans le district d'al-Sharqat de la province de Salaheddine, les services de renseignement ont arrêté un individu qui était chargé de soigner les combattants de l'EIIS blessés qui survivent aux opérations de sécurité.

Les services de renseignement « ont renforcé leurs efforts pour traquer les individus et les cellules terroristes qui fournissent un soutien logistique aux éléments de l'EIIS qui se cachent dans les déserts, les montagnes et les régions reculées », a fait savoir l'analyste de sécurité Fadel Abou Ragheef.

Ces réussites font partie d'un effort « pour resserrer le nœud coulant autour des terroristes et arrêter le flux de fournitures qui leur permet de survivre » malgré le fait qu'ils se trouvent dans des zones isolées, a-t-il déclaré à Diyaruna.

Les dernières arrestations visaient « les principaux fournisseurs et transporteurs de nourriture, de médicaments, de carburant et d'autres produits de première nécessité pour les maisons de repos des terroristes », a-t-il précisé.

Les civils aident les forces de sécurité

Les habitants ont joué « un rôle remarquable » en aidant à découvrir et à capturer les sources de ces fournitures, a indiqué Abou Ragheef.

Les éléments restants de l'EIIS comptent désormais principalement sur les partisans locaux pour assurer leurs besoins logistiques, d'autant plus que les mesures de sécurité strictes à la frontière avec la Syrie ont considérablement réduit leur capacité à faire passer du matériel en contrebande, a-t-il fait savoir.

Grâce à la pression sécuritaire, ces éléments ne sont plus en mesure de se déplacer librement d'un endroit à l'autre ou de faire chanter les habitants des villages éloignés et de voler leurs récoltes, leur nourriture et leurs biens ou de les obliger à payer des impôts, a-t-il indiqué.

Entre-temps, les opérations de sécurité continuent de cibler les cellules secrètes de l'EIIS qui ont été impliquées dans des actes de terrorisme.

« Deux cellules ont été démantelées récemment; une de six membres à Salaheddine qui était derrière les récentes explosions à Kirkouk, et une autre de quatre membres impliquée dans deux attentats à la voiture piégée à Mossoul il y a moins d'un an », a-t-il annoncé.

Le soutien à l'EIIS diminue

Les éléments de l'EIIS souffrent d'un « isolement étouffant » dans le désert, les vallées et les zones montagneuses où ils se cachent, mais ils « reçoivent toujours un peu d'aide de leurs cellules dormantes », a déclaré l'analyste militaire Safaa al-Aasam.

« Il est difficile d'imaginer que ces éléments isolés ne reçoivent pas un peu d'approvisionnement, mais nous sommes certains que le soutien logistique diminue chaque jour et qu'il n'est plus ce qu'il était », a-t-il affirmé.

Selon al-Aasam, les opérations de sécurité et de renseignement ont considérablement affaibli ce soutien.

Au cours des dernières semaines, ces opérations se sont multipliées, entraînant le démantèlement de réseaux terroristes et l'arrestation de terroristes qui ont fourni à l'EIIS de la nourriture, des médicaments, du carburant, de quoi cuisiner et dormir, des appareils de communication ainsi que de l'argent, des armes et des informations.

Les opérations de sécurité ont également ciblé « des lieux et des cachettes de terroristes où sont entreposés des denrées non périssables et des fournitures médicales », a-t-il précisé.

Couper l'approvisionnement logistique est « un moyen de pression essentiel et un outil efficace pour éradiquer le terrorisme », a-t-il expliqué. « Nos forces connaissent d'importants progrès dans ce domaine».

De telles opérations privent les terroristes de la possibilité de s'installer quelque part et les obligent à s'éloigner des zones habitées, a déclaré Eïd Ammash, membre du conseil provincial de l'Anbar, à Diyaruna.

Il est donc extrêmement important de continuer à lancer des frappes aériennes qui ciblent les caches de nourriture et d'armes de l'EIIS ainsi que leurs lignes de soutien logistique, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

L'Irak combat le terrorisme au nom de tout le monde. Mais il ne trouve personne pour le soutenir sur le terrain; juste des mots inutiles. C'est l'obligation de tous les pays, soit en Europe soit au Moyen-Orient, de fournir l'aide, le conseil et les armes et autres articles pour réussir cette guerre contre le terrorisme.

Répondre