https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2020/01/08/feature-03

×
×
Sécurité |

Les Irakiens affirment que les frappes de l'Iran enfreignent la souveraineté irakienne

Faris al-Omran et l'AFP

image

Un missile balistique iranien tombé à 30 kilomètres de la base d'Aïn al-Assad, dans l'ouest de l'Anbar, près de la ville de Heet, sans exploser ni causer de pertes, est visible là où il a atterri le 8 janvier. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Mercredi 8 janvier, le président irakien Barham Saleh a condamné les tirs de missiles de l'Iran contre les bases irakiennes où sont stationnées des troupes américaines et étrangères, déclarant craindre des « événements dangereux » dans la région.

« Nous dénonçons le bombardement par missiles iraniens qui a frappé des installations militaires sur le territoire irakien et nous renouvelons notre rejet de la violation répétée de la souveraineté de l'État et de la transformation de l'Irak en un champ de bataille pour les belligérants », a déclaré son bureau.

L'Iran a lancé une volée de missiles tôt mercredi en réponse à la mise à mort de Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (FQ-CGRI) lors d'une frappe américaine en Irak la semaine dernière.

Les missiles visaient la base aérienne d'Aïn al-Assad, dans l'ouest de l'Irak, et une base à Erbil, toutes deux abritant des troupes américaines et étrangères déployées dans le cadre de la coalition internationale luttant contre les éléments restants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

image

Les médias iraniens ont diffusé le 8 janvier cette photo de missiles balistiques tirés vers deux bases militaires en Irak.

Le président du Parlement irakien, Mohammed al-Halbousi, a également condamné la salve de missiles tirée contre les bases irakiennes comme étant une « violation de la souveraineté irakienne ».

Al-Halbousi a demandé à ce que des mesures urgentes soient prises pour empêcher que l'Irak ne devienne un champ de bataille par procuration pour des puissances extérieures, y compris l'Iran.

« Bien que nous condamnions la violation iranienne de la souveraineté irakienne aujourd'hui à l'aube, [...] nous confirmons notre refus absolu aux belligérants d'utiliser l'Irak pour régler leurs comptes », a-t-il fait savoir.

Les Irakiens dénoncent l'attaque

Les Irakiens qui se sont entretenus avec Diyaruna mercredi ont décrit l'attaque de missiles iraniens contre les bases militaires irakiennes accueillant les forces de la coalition internationale comme une « agression brutale » et une « violation flagrante de la souveraineté irakienne ».

Le ministère de l'Intérieur de la région kurde a annoncé qu'il n'y avait pas eu de blessés ni de dégâts matériels lors de l'attaque contre le quartier général de la coalition à Erbil.

Ces frappes sont « une agression brutale du régime iranien contre l'Irak », a affirmé à Diyaruna Thaer al-Bayati, secrétaire général du Conseil des anciens des tribus de Salaheddine.

« Ce qui s'est passé est une attaque criminelle et une violation flagrante de la souveraineté de notre pays », a-t-il ajouté.

« C'était une attaque contre le territoire irakien et contre les camps abritant des soldats de la coalition », a-t-il déclaré, qualifiant ces frappes de « déclaration de guerre ».

Les attaques de cette nature sont « criminalisées par la constitution irakienne et toutes les conventions et normes internationales, qui affirment que la souveraineté des pays et l'intégrité de la sécurité internationale doivent être préservées », a-t-il poursuivi.

Le régime iranien a cherché à répondre à la mort de Soleimani à Bagdad, au mépris total des principes de bon voisinage et du respect des relations bilatérales avec l'Irak, a déclaré al-Bayati.

Ce faisant, a-t-il dit, il a exposé « la vie et les intérêts des Irakiens au danger, uniquement dans un but de vengeance aveugle, sans même considérer que les bases n'accueillent pas seulement les forces américaines mais celles de différents pays ».

« Ce qui s'est passé à l'aube aujourd'hui est une escalade iranienne qui n'est pas seulement une vengeance, mais il y a d'autres objectifs », a-t-il noté.

Il s'agit notamment de « chercher à entraîner l'Irak et la région dans la guerre et le chaos », tout en « affirmant l'influence [de l'Iran] en Irak, qui est aujourd'hui confronté à des manifestations populaires rejetant l'hégémonie iranienne », a-t-il ajouté.

« Position ferme contre l'agression de l'Iran »

« La communauté internationale est appelée à prendre une position ferme vis-à-vis des agressions et des interventions iraniennes, et des crimes commis par ses agents contre le peuple irakien », a déclaré al-Bayati.

Ces crimes comprennent le fait de tirer sur des manifestants mardi soir et de mettre le feu aux tentes des manifestants de Bassorah et Nasiriyah qui rejettent les actions de l'Iran, a-t-il indiqué.

Des chefs de tribus de tout l'Irak, du sud au nord, ont l'intention de « tenir bientôt une grande conférence tribale à Erbil pour discuter de l'unification de leur voix et de leurs positions concernant le terrorisme iranien et ses milices ».

Les chefs tribaux irakiens chercheront à sauver le pays « du danger de glisser vers l'inconnu », a déclaré al-Bayati.

Le bombardement iranien « montre la politique criminelle du régime iranien », a affirmé un habitant de Bagdad qui a demandé à être simplement appelé « Marwan ».

Le régime iranien et ses milices « ne se soucient pas de la vie du peuple irakien et n'a pas de bonnes intentions à son égard, et c'est ce que les Irakiens ont explicitement souligné dans leurs manifestions contre l'Iran », a-t-il déclaré à Diyaruna.

« Ce sont les vraies couleurs de l'Iran », a déclaré une résidente de Bagdad qui s'est identifiée comme « Shahd ». « Cette attaque est un autre crime de ce régime et la preuve de son mépris pour nos vies et de son manque de respect pour notre pays. »

Aimez-vous cet article?
8
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha

Ne semez pas la discorde entre l'Iran et l'Irak. Il est nécessaire que tous les musulmans soient unis contre les États-Unis. L'Iran n'a pas attaqué l'Irak; il a plutôt attaqué les États-Unis, et c'est une mesure qu'aucun autre pays n'a jamais osé prendre.

Répondre