Sécurité

L'Iran tire des missiles sur des bases irakiennes abritant des forces de coalition américaines

AFP

image

Dans cette photo d'archive prise le 11 novembre 2014, des soldats de l'armée irakienne sont vus lors d'une conférence sur la lutte contre l'EIIS à la base aérienne d'Ain al-Assad dans la province irakienne de l'Anbar. [Ahmad al-Rubaye / AFP]

L'Iran a tiré une volée de missiles mercredi 8 janvier sur des bases irakiennes abritant des troupes américaines et étrangères déployées dans le cadre de la coalition internationale combattant "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS).

Lancée pour la première fois par des forces à l'intérieur de l'Iran plutôt que par procuration, l'attaque a marqué un nouveau tournant dans l'intensification de la confrontation entre les États-Unis et l'Iran.

"L'Iran a lancé plus d'une douzaine de missiles balistiques contre les forces militaires et de coalition américaines en Irak", a déclaré le Pentagone.

"Il est clair que ces missiles ont été lancés depuis l'Iran et visaient au moins deux bases militaires irakiennes hébergeant des militaires américains et du personnel de la coalition", a-t-il ajouté.

Les missiles visaient la base aérienne tentaculaire d'Ain al-Assad dans l'ouest de l'Irak et une base à Erbil, abritant des troupes de la coalition américaine et internationale.

Le chef suprême de l'Iran, Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions d'État, a déclaré que c'était une "gifle" pour les États-Unis, mais que la vengeance n'était pas encore venue.

Installations en 'alerte élevée'

Le Pentagone a déclaré que les installations étaient "en état d'alerte" après des jours de tension croissante.

Le bureau du Premier ministre irakien Adel Abdoul Mahdi a déclaré qu'il avait reçu "un message verbal officiel" de l'Iran l'informant qu'une attaque au missile contre les forces américaines était imminente.

Un porte-parole du Premier ministre a déclaré que son bureau avait été contacté simultanément par Washington alors que les missiles pleuvaient.

"L'Irak rejette toute violation de sa souveraineté et les attaques contre son territoire", indique le communiqué.

L'armée irakienne a déclaré qu'elle n'avait fait aucun blessé lors de 22 frappes de missiles, la plupart d'entre eux ayant touché Ain al-Assad.

Le président américain Donald Trump a déclaré que les premières évaluations des victimes indiquaient que "tout allait bien".

La France a également déclaré qu'elle n'avait fait aucune victime. Mais le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, s'est dit préoccupé par les "informations faisant état de victimes".

"Nous condamnons cette attaque contre des bases militaires irakiennes abritant des forces de la coalition - y compris britanniques", a déclaré Raab. "Nous sommes préoccupés par les informations faisant état de victimes et d'utilisation de missiles balistiques".

L'armée norvégienne a déclaré que les troupes de la coalition internationale avaient été prévenues à l'avance de l'attaque par le biais de canaux de renseignement.

L'Iran revendique les frappes de missiles

Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI) iranien a déclaré qu'Ain al-Assad avait été touché par des dizaines de missiles en réponse à l'attaque américaine de vendredi à Bagdad qui a tué le commandant de la Force Qods du CGRI Qassem Soleimani.

Il a averti que toute contre-attaque américaine serait accueillie avec une "réponse encore plus écrasante" et menacé de frapper Israël et les "gouvernements alliés" américains.

"Un incident important s'est produit. La question de la vengeance est un autre problème", a déclaré Khamenei dans un discours diffusé en direct à la télévision publique, dans lequel il semblait laisser entendre que d'autres viendraient.

"Les actions militaires sous cette forme ne sont pas suffisantes pour résoudre ce problème", a-t-il dit, appelant à la fin de la présence américaine dans la région.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif avait semblé indiquer que les frappes de missiles étaient terminées pour le moment.

"L'Iran a pris et conclu des mesures proportionnées de légitime défense", a déclaré Zarif.

La bravoure de la frappe était très inhabituelle pour l'Iran, qui a eu tendance à masquer les attaques contre les intérêts ou les troupes américaines par son recours à des forces par procuration.

Cette fois, des armes conventionnelles, plutôt que de type guérilla, ont été utilisées et la responsabilité a été rapidement revendiquée.

"Il s'agit d'une escalade majeure. Les missiles balistiques lancés ouvertement depuis l'Iran sur des cibles américaines sont une nouvelle phase", a indiqué Phillip Smyth, un expert en milices chiites.

Aimez-vous cet article?
3
3 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)

Très bien

Répondre

La fin de la présence de votre maître, les États-Unis, dans la région.

Répondre

Que Dieu vous sauve!

Répondre