Sécurité

L'opposition syrienne ne verse aucune larme pour Soleimani

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un habitant de la ville de Mareh, dans le nord d'Alep, distribue des bonbons pour fêter la mort de Qassem Soleimani, commandant de la FQ-CGRI. [Photo fournie par Syrian Reporter]

Des militants de l'opposition qui se sont entretenus avec Diyaruna ont décrit la mort de Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods du Corps des Gardiens de la révolution islamique (FQ-CGRI) comme un cadeau fait au peuple syrien.

Ils ont énuméré les crimes commis contre eux par Soleimani, en particulier son soutien au régime syrien et son intervention dans la guerre syrienne, qui a selon eux fait durer le conflit.

Les milices opérant en Syrie sous son commandement direct ou son influence sont responsables de la mort de milliers de Syriens, ont-ils affirmé.

Après que la nouvelle de la mort de Soleimani se soit répandue, il y a eu une vague de joie dans les zones des provinces d'Idlib, d'Hama et d'Alep contrôlées par l'opposition, a rapporté à Diyaruna le militant d'Idlib Haisam al-Idlibi.

image

Un militant syrien distribue des bonbons dans un camp de déplacés dans la campagne d'Idlib pour fêter la mort de Qassem Soleimani, commandant de la FQ-CGRI. [Photo fournie par Syrian Reporter]

Dans beaucoup de villes, villages et camps de déplacés, les habitants ont distribué des bonbons pour fêter ce qu'ils considèrent comme une victoire.

Ils ont dit qu'ils ont souffert et continuent de souffrir à cause de la politique expansionniste du régime iranien, menée par la FQ-CGRI de Soleimani et les milices affiliées, qui ont fait des ravages contre le peuple syrien, a déclaré al-Idlibi.

Ces actions ont contrecarré les objectifs du soulèvement syrien et ont contribué à la mort ou au déplacement de dizaines de milliers de Syriens, a-t-il ajouté.

Aucune sympathie pour Soleimani

« L'effusion de joie qui a balayé certaines régions de Syrie suite à la mort de Soleimani n'est pas surprenante », a déclaré à Diyaruna l'avocat syrien Bashir al-Bassam.

Soleimani était directement responsable du soutien au régime de Bachar el-Assad, a-t-il indiqué, attribuant la survie du régime syrien à son intervention.

« Il était également chargé du déplacement de milliers de miliciens d'Irak, du Liban, d'Afghanistan et du Pakistan vers la Syrie pour combattre aux côtés des forces du régime », a ajouté al-Bassam.

L'intervention iranienne en Syrie, orchestrée par Soleimani, a entraîné la mort d'énormément de civils, ainsi qu'un grand changement démographique que le commandant de la FQ-CGRI a cherché à accomplir en déplaçant massivement des civils.

Ce processus de changement démographique se poursuit encore aujourd'hui, a-t-il noté.

Soleimani a également été directement responsable de la propagation de la doctrine de la Wilayat al-Faqih (Tutelle du Juriste), qui appelle à l'allégeance au Guide suprême de l'Iran Ali Khamenei, a-t-il poursuivi.

Cette doctrine a été fortement promue dans les zones de la Syrie où l'Iran tente de renforcer son contrôle et de recruter des jeunes pour qu'ils combattent dans les rangs de ses milices, a-t-il déclaré.

En essayant d'asseoir le contrôle iranien sur la Syrie et en signant des accords économiques avec le régime syrien, Soleimani a usurpé les ressources et les richesses du peuple syrien, a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Cet homme traître a tort. Sans Soleimani, tous les Syriens auraient été décapités par l'EIIS, sous les ordres de l'Arabie saoudite et des États-Unis.

Répondre