Terrorisme

Le CGRI fournit des missiles à courte portée et des armes sophistiquées aux milices irakiennes

Faris al-Omran à Bagdad

image

Une photo diffusée le 5 décembre sur plusieurs sites Internet de médias iraniens montre des responsables iraniens lors d'un salon consacré aux missiles à Téhéran. De récents rapports des renseignements accusent le CGRI de transporter et de stocker des missiles balistiques à courte portée en Irak.

Des observateurs irakiens ont confirmé que le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) renforce l'arsenal de ses milices affiliées en Irak par une gamme de missiles et d'armements sophistiqués qui pourraient encore plus porter atteinte à la stabilité de l'Irak et d'autres pays de la région.

Cette confirmation intervient au lendemain d'articles parus dans la presse le 4 décembre citant des sources de renseignements américaines indiquant que le régime iranien fournit à ses milices en Irak des missiles balistiques à courte portée.

Ces rapports confirment de plus que l'Iran aide ces milices en Irak à stocker ces missiles qui ont une portée pouvant atteindre 700 kilomètres et peuvent transporter des charges explosives de 500 à 900 kilos.

Les plus courants de ces missiles sont de type Zelzal, Fateh et Zolfaghar.

« Un entrepôt » pour les missiles iraniens

Le politologue et ancien député irakien Taha al-Lahibi a expliqué que le CGRI fournit aux milices irakiennes qui lui sont fidèles des armes sophistiquées et renforcent leur arsenal par tout un ensemble de missiles à courte portée.

En fournissant ces armes, a-t-il poursuivi, les responsables iraniens cherchent à « renforcer leurs réseaux terroristes et à faire de l'Irak une source de danger dans la région ».

« Le régime iranien viole encore de manière éhontée la souveraineté de l'Irak en faisant du pays un entrepôt de ses missiles et de ses armes létales placés sous la supervision et le soin des milices qui lui sont fidèles », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« En tant que tel, l'Iran poursuit son plan visant à déstabiliser l'Irak et à en faire une plateforme de lancement de ses attaques aux missiles contre les pays voisins, en particulier les États du Golfe », a-t-il ajouté.

Le régime iranien veut s'en prendre à la région par le biais de ses agents à l'étranger, qui ne réalisent pas qu'ils ne sont que « de simples outils dont il se débarrassera dès lors qu'ils auront servi à leurs fins », a poursuivi al-Lahibi.

Les agents iraniens en Irak n'entretiennent que les intérêts de l'Iran et ne soucient aucunement des conséquences de leurs agissements sur l'unité des Irakiens, a-t-il indiqué.

Les récents actes de violence dans la région visant des installations pétrolières saoudiennes ainsi que des pétroliers et des navires commerciaux dans les eaux du Golfe arabo-persique ont été imputés au régime iranien et à ses agents.

Les milices irakiennes sont également accusées d'être derrière les attaques au missile visant la Zone verte internationale dans le centre de Bagdad, ainsi que des bases et des missions diplomatiques américaines dans le pays.

Deux roquettes ont été tirées contre une base militaire abritant des soldats américains près de l'aéroport de Bagdad, le 12 décembre, la dixième attaque de ce genre depuis le mois d'octobre.

Aucun blessé n'a été à déplorer lors de cette attaque nocturne, qui faisait suite à une autre lancée le 9 décembre contre la même base et qui avait blessé six membres de la force antiterroriste d'élite, dont deux gravement, a expliqué l'armée.

L'Iran déstabilise l'Irak

Thaer al-Bayati, secrétaire général du Conseil tribal arabe de Salaheddine, a indiqué que l'objectif de cette attaque était d'affaiblir l'armée et d'affirmer qu'elle n'est pas en mesure de défendre le pays ni de protéger les forces internationales, leurs intérêts et leurs missions.

Pour sa part, le CGRI continue de soutenir les milices pro-iraniennes en leur fournissant des armes et de l'argent « pour renforcer leur position de force influente aux pouvoirs importants qui ressemble à une garde révolutionnaire irakienne loyale à l'Iran », a-t-il ajouté.

Ces derniers mois, l'Iran a transporté en Irak des missiles à courte portée et les a cachés dans des bases militaires contrôlées par ces milices à Bagdad et dans d'autres provinces, a-t-il ajouté.

Le passage en contrebande de ces missiles par la frontière et leur stockage dans des lieux secrets « se poursuit » et pourrait même s'être intensifié, a précisé al-Bayati.

« Les Iraniens tentent de placer un plus grand nombre de ces missiles entre les mains de leurs agents irakiens afin de continuer à lancer des attaques aux missiles contre des bases militaires à l'intérieur du pays », a-t-il poursuivi.

Ils veulent faire du territoire irakien « une plateforme de lancement de leurs missiles contre les pays du Golfe, et cherchent à impliquer l'Irak et à en faire un champ de bataille, ce qui saperait à la fois sa sécurité et sa souveraineté », a-t-il souligné.

Les complots iraniens visent également à faire de l'Irak « un débouché essentiel par lequel [le CGRI] pourra exporter plusieurs types d'armes, de munitions et de missiles balistiques » vers ses autres agents au Liban, en Syrie et au Yémen, a-t-il précisé.

Ces agissements ne servent qu'à accroître l'isolement international de plus en plus grand et la campagne de pressions auxquels l'Iran doit faire face par suite de son ingérence dans les affaires intérieures des pays de la région.

Aimez-vous cet article?
5
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)