https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/12/04/feature-01

×
×
Économie |

Terrain déminé pour la reconstruction de l'aéroport de Mossoul

Khalid al-Taie

image

Les équipes de déminage remettent l'aéroport de Mossoul aux autorités de la province le 7 novembre après avoir terminé leur travail. [Photo fournie par l'ambassade des États-Unis à Bagdad]

Les travaux de reconstruction de l'aéroport de Mossoul sont prêts à débuter au plus tôt, maintenant que les engins explosifs improvisés (EEI) et les mines laissés par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont été retirés de la zone, ont expliqué des responsables locaux.

La reprise attendue des services dans l'aéroport civil de la ville devrait avoir un impact significatif pour le soutien aux opérations de reconstruction dans Ninive et pour faire revivre l'économie de la province, ont-ils ajouté.

Travaillant ensemble, les experts irakiens et américains ont, ces 18 derniers mois, retiré et désamorcé plus de 170 EEI et munitions non explosés.

L'entreprise irakienne al-Fahad a participé aux opérations de déminage de l'aéroport aux côtés de ses consœurs américaines Janus et Tetra Tech.

image

Des spécialistes du déminage irakiens et américains effectuent une visite sur le site de l'aéroport de Mossoul, le 15 juillet. [Photo extraite du site Internet de l'Aéroport international de Mossoul]

« Les opérations de déminage avec Janus ont commencé en mars 2018 », a expliqué à Diyaruna le directeur d'al-Fahad, Mohammed Attia . « Nous avons achevé 80 % du projet de déminage. »

Puis avec l'aide de Tetra Tech, les travaux ont pu être achevés en novembre, en collaboration avec la Direction irakienne du déminage et une unité du génie du ministère irakien de la Défense.

Les opérations de déminage sont financées par le Département d'État américain, a-t-il poursuivi, et sont destinées à « créer en environnement sûr pour ceux qui travailleront aux opérations de reconstruction et aux efforts visant à faire revivre cet aéroport ».

Al-Fahad travaille sur d'autres projets de déminage dans Ninive, a-t-il expliqué, notamment le long d'une ligne électrique entre Mossoul et Bashiqa et autour de la Centrale électrique du nord à Mossoul.

« Nous avons progressé de manière satisfaisante sur le terrain », a-t-il indiqué, malgré le risque important que constituent ces mines.

La reconstruction peut commencer

Maintenant que le terrain a été nettoyé, le projet de reconstruction de l'aéroport peut aller de l'avant et les infrastructures mises à mal par l'EIIS peuvent être réparées ou remplacées.

En juillet, les autorités locales de Ninive ont annoncé que l'Irak avait attribué le contrat de reconstruction de l'aéroport à un consortium français.

Ces travaux de reconstruction devraient durer 16 mois, a précisé à Diyaruna Hashem Barifkani, le président de la commission pour la sécurité du conseil provincial de Ninive.

L'aéroport avait été fortement endommagé, a-t-il poursuivi, et les pistes, les halls d'arrivée et de départ et les tours de contrôle avaient subi des dommages ou avaient été piégés par l'EIIS.

L'aéroport, construit en 1920, avait été réhabilité pour le trafic aérien en 2008 et un plan de grande ampleur avait été conçu pour le développer, mais avait été mis à l'arrêt après l'invasion de Mossoul par l'EIIS.

L'aéroport de Mossoul est « l'un des plus anciens aéroports civils du pays et était considéré comme le principal aéroport de la province avant que les terroristes de l'EIIS ne le détruisent », a expliqué à Diyaruna Hussam Eddin al-Abbar, membre du conseil provincial de Ninive.

La réouverture de cet aéroport sera « une victoire majeure pour notre province », a-t-il ajouté.

« Elle facilitera les déplacements des délégations officielles et des investisseurs qui viendront dans Ninive et améliorera les résultats économiques, les transports et le commerce », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha