https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/11/28/feature-02

×
×
Sécurité |

La France reste engagée dans les partenariats régionaux

Khalid al-Taie

image

Un avion de chasse français décolle pour attaquer des bastions de l'EIIS en Syrie. [Photo fournie par le ministère français de la Défense]

La présence continue de la France au Moyen-Orient a contribué à améliorer la stabilité dans la région et à neutraliser la menace du terrorisme, ont expliqué des spécialistes irakiens à Diyaruna.

Ces cinq dernières années, Paris a travaillé avec d'autres partenaires de la coalition internationale pour vaincre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Mais même après la défaite territoriale du groupe et la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, la France poursuit la lutte contre les éléments restants de l'EIIS en Irak, aux côtés de ses partenaires irakiens.

La ministre française des armées Florence Parly a commenté cette frappe sur Twitter, en affirmant que « nous n'accordons aucun répit » à l'EIIS.

image

Le destroyer de défense antiaérienne français Cassard dans les eaux du Golfe, dans le cadre de l'opération Chammal de lutte contre l'EIIS. [Photo fournie par le ministère français de la Défense]

« La position de la France est constante et sa détermination à lutter contre le terrorisme demeure intacte », a-t-elle ajouté.

La France est proactive dans sa guerre contre le terrorisme

La France a joué un rôle majeur dans la guerre contre le terrorisme et respecte entièrement les accords de sécurité conclus avec ses alliés dans la région, a indiqué Hilal al-Obeidi, spécialiste irakien des relations internationales.

Sa participation dans la guerre contre le terrorisme provient de son sentiment que le terrorisme n'est pas qu'une menace pour les seuls pays de la région, mais bien pour monde entier, et « elle ne peut rester oisive face à une telle menace », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Attaquer de manière proactive les terroristes sur leur terrain plutôt qu'être simplement sur la défensive a été le principe qui a guidé la stratégie française dans sa guerre contre l'EIIS, a ajouté al-Obeidi.

La France s'est engagée à défendre la région du Golfe et le Moyen-Orient et a apporté un soutien militaire et de renseignements pour contrer les menaces et la perspective d'une guerre, a-t-il ajouté.

« La France a supporté la guerre contre le terrorisme et nous apprécions les énormes efforts de l'artillerie française visant à protéger notre frontière occidentale avec la Syrie contre toute infiltration de l'EIIS », a ajouté pour sa part Naeem al-Koud, président de la commission pour la sécurité du conseil provincial de l'Anbar.

La France est un partenaire fort de l'Irak et a offert son expertise du combat aux soldats irakiens et leur a fourni des armes et du matériel pour qu'ils puissent défendre leur pays, a-t-il déclaré à Diyaruna.

Al-Koud a souligné les liens historiques de la France avec le peuple irakien et d'autres gouvernements de la région, soulignant que les Français sont déterminés à éradiquer les sources du terrorisme et à parvenir à la sécurité dans la région.

Protection des eaux internationales

« La présence française dans notre région est importante et vitale, et il y a des intérêts mutuels français de longue date, en particulier dans les pays de Golfe », a déclaré Ghazi Faisal Hussain, conseiller au Centre d'études stratégiques, à Diyaruna.

Il a rappelé la présence militaire navale française permanente aux Émirats arabes unis, ainsi que les accords et partenariats passés avec des pays du Golfe dans les domaines de la défense conjointe et de la sécurité maritime.

Le ministère français de la Défense a fêté le 25 novembre dernier les dix ans du partenariat militaire entre la France et les Émirats arabes unis.

Des bâtiments de la Marine française, notamment des destroyers comme les frégates de défense aérienne Chevalier Paul et Cassard ont participé à l'opération française Chammal contre l'EIIS, a poursuivi Hussain.

Hussain a également souligné le rôle de la France dans la Combined Task Force (CTF 150) basée à Bahreïn, une force navale multinationale travaillant au sein des Combined Maritime Forces (CMF).

La CMF est une force comprenant 33 pays qui assure la sécurité sur une zone d'environ 3,2 millions de miles marins carrés dans les eaux internationales et dans certaines des voies de navigation les plus importantes au monde.

La mission de la France dans le cadre de la CTF 150 est d'intercepter les trafics de drogue, d'armes et de marchandises illicites et d'empêcher qu'elle tombent entre les mains de groupes armés, a précisé Hussain.

Le 25 septembre, la frégate française Nivôse, représentant la CTF 150, a saisi 2,5 tonnes de haschisch dans un boutre.

La France est également engagée dans la surveillance du Détroit d'Ormuz, un passage vital par lequel transite un tiers du pétrole maritime mondial, et joue un rôle essentiel dans la sécurisation des pétroliers et du commerce mondial dans les eaux internationales du Golfe.

La frégate française Jean Bart terminera son déploiement dans la région le 20 novembre et sera remplacée par la frégate Courbet, qui y sera déployée jusqu'au 22 février.

Ces déploiements complètent le travail de l'International Maritime Security Construct, une alliance dirigée par les États-Unis qui vise à protéger les navires marchands et à assurer la liberté de navigation et du commerce international.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha