https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/11/19/feature-02

×
×
Société |

Les activistes à Deir Ezzor dévoilent les emplacements des bases du CGRI

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Une carte publiée par les activistes syriens montre les emplacements des milices affiliées au CGRI dans la ville d'Albou Kamal. [Photo de la page Facebook Œil de l’Euphrate]

Des activistes dans la province syrienne de Deir Ezzor ont récemment publié des informations détaillées en-ligne dévoilant l'emplacement des bases du Corps des gardiens de la révolution islamique iranien (CGRI) et ses milices affiliées, a affirmé un activiste local.

La publication de cartes, photos et autres informations survient en dépit des efforts concertés du CGRI à camoufler sa localisation et ses mouvements et a gardé profil bas, a indiqué Jamil al-Abed, activiste à Deir Ezzor.

Ces milices affiliées à l'Iran ont cherché à garder secret leurs mouvements à l'est de la Syrie à travers des mesures de sécurité renforcées telles que les fermetures de routes et la surveillance intensive, a-t-il expliqué à Diyaruna.

Les caméras de surveillance ont été installées dans certains emplacements, a-t-il affirmé.

image

Cette rue dans la ville d'Albou Kamal à Deir Ezzor a été after fermée aux civils après que les milices affiliées au CGRI ont saisi des maisons privées. [Photo de la page Facebook Œil de l’Euphrate]

« Les activistes locaux ont publié des informations détaillées sur les réseaux sociaux révélant les localisations où le CGRI et ses affiliés sont actifs dans les villes de Deir Ezzor, Albou Kamal et al-Mayadeen», a signalé al-Abed.

« Ils ont publié des cartes détaillées et photos montrant l'emplacement précis des maisons qui ont été transformées en quartiers et casernes militaires», a-t-il souligné.

« Ils ont également publié des photos de commandants du CGRI à Deir Ezzor, avec leurs noms, localisation de leurs résidences et les marques et modèles de leurs véhicules», poursuit-il.

Transgressions mises au jour

Les activistes dans la province ont fait savoir que le CGRI a saisi d'autres maisons civiles dans la zone, et a interdit leurs propriétaires de droit d'y entrer ou même d'accéder à la zone, a confié al-Abed.

Ils ont en outre révélé que le CGRI utilise les hôpitaux et autres immeubles de service public en guise de postes militaires, a-t-il indiqué.

C'est un acte puni par le droit international, qui criminalise de tels actes afin de préserver les vies de civils, a-t-il remarqué.

La publication de ces informations a suscité de hautes tensions et ultérieurement des heurts entre des éléments de milices affilées au CGRI, a-t-il annoncé.

Un nombre d'éléments deLiwa Imam al-Baqiraurait été tué dans un affronteemnt parmi les combattants de la milice dans la ville d'al-Husseiniyah à l'ouest de Deir Ezzor rurale, a-t-il souligné.

Un court échange de tirs de feu s'est déclenché aussi entre les membres des forces du régime syrien et les membres de milices du CGRI dans la ville d'al-Mayadeen dans le cadre d'une dispute territoriale, a indiqué al-Abed.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha