https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/11/13/feature-04

×
×
Sécurité |

Reconstruction des maisons dans un district de l'Anbar

Khalid al-Taie

image

Des familles déplacées du district d'al-Baghdadi, dans l'ouest de l'Anbar, rentrent chez elles le 5 juin 2018. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Des travaux sont en cours dans un district de l'ouest de l'Anbar pour reconstruire les maisons endommagées lors des combats pour chasser « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a fait savoir un responsable local.

Cet effort s'inscrit dans le cadre d'une nouvelle campagne visant à restaurer les zones résidentielles du district d'al-Baghdadi, car les habitants reviennent des camps de déplacés, a déclaré à Diyaruna le directeur du district, Sharhabeel Kahlan al-Obeidi, mercredi 13 novembre.

Le district d'al-Baghdadi coordonne la campagne de reconstruction avec l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), a précisé al-Obeidi.

La campagne se concentrera d'abord sur « les maisons endommagées dans le centre du district, où les travaux ont commencé dans dix maisons du quartier d'al-Muasasa », a-t-il rapporté.

image

Un véhicule d'entretien répare une route dans le district d'al-Baghdadi le 11 novembre. [Photo fournie par l'administration du district d'al-Baghdadi]

Elle se poursuivra ensuite par la reconstruction de maisons dans les villages et les zones rurales de la zone administrative du district, a-t-il ajouté, l'objectif final étant de remettre en état au moins 700 maisons endommagées dans tout le district.

L'OIM financera les projets de reconstruction et assurera la supervision, aux côtés de l'administration locale, afin de s'assurer que les travaux sont réalisés comme cela a été demandé, a-t-il déclaré.

Cette campagne aidera à stabiliser la région et a pour but d'empêcher la population locale de retourner dans les camps de déplacés, a expliqué al-Obeidi.

Les autorités locales ont mis fin à la crise des déplacements dans la région, a-t-il affirmé, soulignant qu'il n'y a plus de résidents d'al-Baghdadi dans les camps.

« Toutes les personnes déplacées dans les camps de Kilo-18 et la zone touristique d'al-Habbaniya sont revenues dans notre ville », a-t-il fait savoir.

Al-Baghdadi compte près de 30 000 habitants, dont la plupart avait quitté la ville après son invasion début 2015 par les combattants de l'EIIS.

Sécurité et services améliorés

De nombreux facteurs ont encouragé la population locale à revenir, le plus important étant la stabilité de la sécurité, a expliqué al-Obeidi.

Al-Baghdadi est « bien sécurisée, et il y a suffisamment d'unités du Commandement des opérations d'al-Jazeera et de la 7e division de l'armée qui y sont stationnées, en plus des membres des tribus », a-t-il déclaré.

Ces forces effectuent des ratissages bimensuels du désert environnant et protègent la ville « contre les infiltrations terroristes et les attaques-surprises », a-t-il ajouté.

L'administration du district s'est employée à rétablir les services dans la région, a-t-il déclaré, et a maintenant « remis en état toutes les installations d'eau et les lignes électriques » et a reconstruit six écoles, quatre autres étant en cours de réhabilitation.

Cela vient s'ajouter aux « grands travaux de reconstruction de toutes les rues et routes de la ville », a indiqué al-Obeidi.

La route de trois kilomètres de Jubbah et ses routes secondaires ont été entièrement restaurées, a-t-il indiqué, et la route al-Doulab longue de neuf kilomètres devrait bientôt rouvrir.

Les efforts du district pour encourager la réconciliation et promouvoir la tolérance ont également été un facteur pour encourager le retour des habitants, a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha