https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/11/11/feature-01

×
×
Économie |

Salaheddine œuvre pour la reconstruction du district de Baiji après l'expulsion de l'EIIS

Par Khalid al-Taie

image

Des véhicules municipaux enlèvent les décombres des bâtiments endommagés par la guerre contre le terrorisme dans le district de Baiji, dans la province de Salaheddine, le 22 juillet. [Photo fournie par la municipalité de Baiji]

Le gouvernement local de la province de Salaheddine a lancé un plan de reconstruction dans le district de Baiji en collaboration avec l'ONU, a déclaré un responsable local à Diyaruna.

Le district a été lourdement détruit lors des opérations d'éviction de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) en octobre 2015, ce qui a incité le parlement irakien à le déclarer zone sinistrée il y a trois ans.

Depuis lors, seule une reconstruction limitée a eu lieu et la plupart des 200.000 résidents qui ont été forcés de quitter ne peuvent toujours pas rentrer, car les maisons restent inhabitables et les services publics sont en ruine.

Les efforts de reconstruction incluent 20 projets de service public et des milliers de maisons endommagées, a déclaré à Diyaruna le gouverneur de Salaheddine, Ammar Jabr.

Ces projets comprennent des écoles, des centres de santé, des installations et infrastructures gouvernementales, notamment de l'eau, de l'électricité, des routes et des ponts, a-t-il expliqué.

Les entreprises sélectionnées pour mettre en œuvre les projets ont été notifiées, a-t-il indiqué, ajoutant que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) financera et gérera cet effort en collaboration avec les agences gouvernementales.

Les plans de reconstruction incluent également la reconstruction de 1.000 maisons sur les 7.000 qui ont été endommagées au centre du district, a déclaré Jabr, précisant que les maisons incendiées seraient prioritaires.

Le gouvernement local cherche à progresser dans la réhabilitation du district de Baiji afin de "garantir le retour de toutes les familles déplacées et d'assurer la stabilité et le développement", a-t-il souligné.

Jabr a mis en exergue l'engagement des autorités locales à construire 5.000 logements économiques dans la province pour héberger les familles déplacées et appauvries.

Il a souligné le succès des plans de reconstruction dans d'autres villes libérées du terrorisme à Salaheddine, notamment à Tikrit.

"Nous avons mené à bien un certain nombre de projets, notamment la réhabilitation de 150 écoles et la réouverture d’installations [gouvernementales] fermées depuis 2014 dans divers secteurs des services publics", a-t-il noté.

Les mines: un grand défi

Les services publics ne sont pas le seul obstacle au retour à la vie normale à Baiji, car les mines antipersonnel constituent également un défi de taille, a déclaré le député de Salaheddine Muqdam al-Jumaili.

Le district n'est toujours pas totalement à l'abri de la menace d'explosifs et de mines antipersonnel de l'EIIS, principal obstacle empêchant les habitants de rentrer chez eux et de mener à bien des projets de reconstruction, a-t-il dit à Diyaruna.

L’autorité locale travaille actuellement avec l’ONU pour accélérer le processus de nettoyage de Baiji de tous les restes de guerre après le succès de l’enlèvement de milliers de mines terrestres dissimulées dans des terres agricoles et des installations publiques, a-t-il déclaré.

Comme dans le reste de la province de Salaheddine, Baiji et les villes environnantes connaissent une forte sécurité, a affirmé à Diyaruna le président du comité de sécurité au conseil provincial de Salaheddine, Sabhan Mullah Jiyad.

Des opérations sont en cours pour poursuivre et cibler les éléments restants de l'EIIS sur l'île de Baiji et le désert qui s'étend vers la province de l'Anbar, a-t-il indiqué.

Les terroristes ne constituent pas une menace pour le district, a-t-il déclaré, ajoutant que les défis sont principalement liés aux services publics "auxquels nous, en tant que responsables locaux, cherchons à remédier".

Les projets de reconstruction énumérés dans le cadre du plan du gouvernement local fourniront un cadre de vie convenable à des milliers d'habitants qui ont été forcés de quitter leur domicile et souhaitent à présent revenir et fermer le chapitre du déplacement définitivement, a déclaré Jiyad.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha