https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/10/25/feature-01

×
×
Sécurité |

La police de l'Anbar bloque l'accès aux voies navigables pour l'EIIS

Khalid al-Taie

image

Des membres de la police fluviale de l'Anbar patrouillent sur le lac Haditha le 21 mars. [Photo fournie par la Direction de la police de l'Anbar]

Les patrouilles fluviales et la sécurité renforcée le long de l'Euphrate et de ses affluents dans l'Anbar font partie d'un nouvel effort visant à empêcher les éléments restants de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) de s'ancrer dans ces régions, ont expliqué des responsables irakiens.

Par le passé, des éléments extrémistes ont cherché à s'installer dans des zones situées le long des cours d'eau de la province, en utilisant leurs rives comme autant de cachettes et de passages pour leurs déplacements clandestins.

En plus du cours principal de l'Euphrate, qui entre dans l'Anbar par le nord et partage la province d'ouest en est, il existe un certain nombre d'affluents, de ruisseaux et de lacs.

Parmi ceux-ci se trouvent le lac Haditha, qui comporte l'un des plus grands barrages d'Irak, et d'autres lacs, comme l'al-Habaniyah, l'al-Tharthar et l'al-Razzaza, qui sont des attractions touristiques.

image

Une mission de reconnaissance aérienne pour le commandement des opérations d'al-Jazira surveille les terres agricoles sur les rives de l'Euphrate dans l'Anbar le 19 juillet. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Le commandement de la police de l'Anbar a déclaré être bien préparé pour sécuriser ces lacs et l'Euphrate, dont les rives sont couvertes d'une végétation dense offrant un abri et des passages secrets potentiels aux activistes.

Opérations de la police fluviale

Le major général Hadi Kassar Erzaij, chef de la police de l'Anbar, a déclaré à Diyaruna que la Direction de la police fluviale et du sauvetage, qui est sous son commandement, assure la surveillance de l'Euphrate et d'autres plans d'eau.

Cela comprend les efforts de sauvetage et les interventions d'urgence lors d'incidents de natation ou de navigation, comme la noyade, a-t-il indiqué.

Comme d'autres unités de police, a-t-il déclaré, sa Direction joue un rôle important dans la protection des civils, en particulier pendant la haute saison touristique.

« Nous travaillons au renforcement des capacités de la Direction afin de pouvoir accomplir nos tâches à un haut niveau », a-t-il expliqué, ajoutant que la Direction a récemment reçu 20 bateaux des autorités locales, qui seront utilisés pour les patrouilles fluviales.

Le commandement travaille avec le gouvernement de l'Anbar pour aider la police fluviale avec sept nouveaux bateaux, afin de maintenir la sécurité et de renforcer sa capacité de surveillance et de réaction rapide en cas d'urgence, a déclaré Erzaij.

« Nous avons l'intention d'entraîner et de renforcer les capacités des membres de la police fluviale, et nous mettons en œuvre d'importants efforts pour ajouter d'autres talents », a-t-il fait savoir.

La police fluviale de l'Anbar emploie actuellement 70 plongeurs, a-t-il indiqué, plus que toute autre province d'Irak.

« Ces plongeurs ont suivi plusieurs formations et possèdent maintenant des capacités physiques et techniques de haut niveau pour mener à bien les missions les plus difficiles et les plus complexes », a-t-il ajouté.

Sécurisation des rivières et des cours d'eau

L'Euphrate, ses affluents et ses lacs, ainsi que d'autres plans d'eau de l'Anbar, sont sous le contrôle total de la police, a indiqué Erzaij.

« Les éléments de l'EIIS ne peuvent pas les utiliser comme refuges ou passages sûrs pour traverser d'un bord à l'autre ou s'infiltrer dans les villes », a-t-il poursuivi.

Les forces de sécurité font de la protection des rivières et des voies navigables de l'Anbar une priorité et empêchent les éléments de l'EIIS de s'implanter dans ces zones, a déclaré à Diyaruna Moustafa al-Irsan, vice-gouverneur de l'Anbar.

« La police fluviale effectue des patrouilles intensives et continues, ainsi que des missions de reconnaissance aérienne et terrestre pour trouver et détruire les cachettes des terroristes sur les rives de l'Euphrate et près des lacs », a-t-il déclaré.

« Les efforts visent également à accroître le niveau de préparation de nos forces pour faire face aux menaces terroristes partout dans la province », a-t-il fait savoir, soulignant que cela comprend la modernisation du matériel technique et de combat.

« Nous sommes fiers que notre province dispose aujourd'hui du plus grand centre régional d'entraînement et de réhabilitation militaire », a-t-il déclaré à propos de la base d'al-Habbaniya.

Patrouilles 24 heures sur 24

« Les éléments de l'EIIS ont perdu toutes leurs cachettes dans l'Anbar et n'ont qu'un petit nombre de bunkers, dont la plupart sont situés dans des vallées désertiques », a déclaré à Diyaruna l'analyste de sécurité Ghanim al-Aifan.

Les plans d'eau et les affluents de la province sont « sécurisés », a-t-il souligné, ajoutant que la police fluviale et les patrouilles de l'armée sont actives 24 heures sur 24 pour surveiller tout déplacement anormal au moyen d'équipements et de jumelles spécialisés.

Dans le même temps, a-t-il poursuivi, des opérations continues de recherche et de traque ont eu lieu le long des rives des rivières de la province envahies par la végétation.

Grâce à la vigilance et à la préparation accrues des forces de sécurité, le niveau de menace dans ces zones est désormais quasi inexistant.

Aimez-vous cet article?
1
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha