http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/10/09/feature-01

×
×
Éducation |

Début d'une nouvelle année scolaire post-EIIS pour les élèves du nord de la Syrie

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Les écoles d'al-Raqqa et des campagnes environnantes ont été restaurées pour en retirer les traces de la guerre contre l'EIIS et permettre aux élèves d'y poursuivre leur scolarité. [Photo fournie par le centre de presse des FDS]

Les écoles des régions du nord de la Syrie gouvernées par l'administration autonome arabo-kurde ont accueilli leurs élèves pour la nouvelle année scolaire après la fin des travaux de remise en état et de reconstruction.

La nouveauté de cette année a été l'ouverture à al-Raqqa d'une école spéciale pour les enfants présentant des troubles de l'audition et de la parole.

Le nombre d'élèves à al-Raqqa et dans la campagne environnante est d'environ 130 000, a expliqué à Diyaruna Youssef Mohammed, membre de la commission de l'éducation du conseil civil d'al-Raqqa.

Ces élèves ont été répartis entre les 322 écoles une fois les travaux de réparation terminés dans les dizaines d'écoles endommagées durant la guerre contre « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), chassé de la région il y a deux ans, a-t-il ajouté.

image

Des élèves s'inscrivent pour la nouvelle année scolaire dans la ville d'al-Raqqa. [Photo fournie par le centre de presse des FDS]

image

Une papeterie vend des fournitures scolaires dans la ville d'al-Raqqa avant le début de la nouvelle année scolaire, fin septembre. [Photo fournie par le centre de presse des FDS]

« Les mesures nécessaires ont été prises pour veiller à ce que le nombre d'élèves par classe ne dépasse pas 25 », a-t-il poursuivi.

Une nouvelle promotion d'enseignants a été formée durant l'été pour pouvoir enseigner toutes les matières à tous les niveaux, a-t-il précisé, portant le nombre total d'enseignants à 5 200.

Nouvelle école pour les élèves souffrant de troubles de l'audition et de la parole

Samia Moustafa, membre de la commission des affaires sociales et du travail du conseil municipal d'al-Raqqa, a expliqué que ce qui était notable cette année, c'était « le quasi-achèvement d'une école spéciale pour les enfants de la région souffrant de troubles de l'audition et de la parole âgés de 4 à 16 ans ».

Les travaux ont été achevés pour équiper cette école, autrefois école d'enseignement de la charia sous le règne de l'EIIS, pour qu'elle puisse accueillir un maximum de 250 élèves présentant des problèmes de l'audition ou de la parole, a-t-elle précisé.

« C'est la seule école qui offre de tels services dans la région », a poursuivi Moustafa, précisant qu'elle est particulièrement importante dans la mesure où se rendre à Damas est « très difficile pour la plupart des parents ».

« Cette école fonctionnera en coopération et en coordination avec la commission de l'éducation, et les élèves qui y termineront leur cursus seront en mesure d'entrer plus facilement sur le marché du travail ou de passer dans d'autres écoles après avoir acquis les compétences nécessaires », a-t-elle continué.

« Insistance sur l'éducation »

Non loin d'al-Raqqa, le conseil civil de la localité d'al-Tabqa et de ses environs ruraux a pris des mesures pour veiller à ce que le procédé d'éducation se déroule aussi bien que possible, a expliqué Ghanem al-Faraj, administrateur au sein de la commission de l'éducation du conseil.

Cette commission « a entamé un dialogue avec les professeurs de la région lors d'un séminaire qu'elle avait organisé pour entendre leurs doléances et tenter de répondre aux problèmes rencontrés l'année dernière et de discuter des manières de les surmonter cette année », a-t-il déclaré à Diyaruna.

Par ailleurs, le climat de rentrée des classes a fait un retour bienvenu à al-Raqqa et dans sa campagne, a expliqué Mahmoud al-Amin, un enseignant.

« Les marchés bruissent à nouveau d'activité alors que les familles viennent acheter des fournitures et des articles scolaires qui étaient relativement rares les années précédentes, dans les nombreux magasins qui ont rouvert leurs portes », a-t-il expliqué à Diyaruna.

« Les parents insistent plus que jamais sur l'éducation », a-t-il conclu, « du fait que la situation sécuritaire s'est apaisée et que la paix et la sécurité se rétablissent ».

Aimez-vous cet article?
1
NON

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha