Sécurité

Les forces kurdes traquent les derniers éléments de l'EIIS à Deir Ezzor

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des responsables de la sécurité kurde affirment que Mohammed Ramadan Eid al-Atallah était chargé de financer les cellules dormantes de l'EIIS dans la campagne de Deir Ezzor. [Photo fournie par le service de presse des YPG]

Les forces kurdes chargées de maintenir la sécurité dans la province syrienne de Deir Ezzor ont appréhendé deux des éléments les plus dangereux de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a déclaré un responsable des Forces démocratiques syriennes (FDS).

Cette action s'inscrit dans le cadre d'une opération de surveillance visant à retrouver et à démanteler les cellules dormantes de l'EIIS, dont il a été prouvé qu'elles sont à l'origine de plusieurs attentats qui ont fait des victimes civiles, a déclaré Farhad Khoja, officier des FDS.

« Les cellules dormantes de l'EIIS sont la cible principale des FDS et des Unités de protection du peuple (YPG) kurdes, en particulier à Deir Ezzor, a-t-il déclaré à Diyaruna.

Certains membres de l'EIIS auraient réussi à échapper à l'arrestation en se cachant parmi les civils ou dans des repaires, où ils ont planifié des attaques contre le personnel de sécurité et les civils, a-t-il indiqué.

image

Les armes trouvées en possession du financier de l'EIIS Mohammed Ramadan Eid al-Atallah. [Photo fournie par le service de presse des YPG]

image

L'élément de l'EIIS Anwar Abdel Rahman Haddouchi, capturé par les forces kurdes en Syrie, est considéré comme l'un des éléments les plus dangereux de l'EIIS. [Photo fournie par le Centre des médias des FDS]

Dans la banlieue est de la ville de Deir Ezzor, a fait savoir Khoja, une unité des forces antiterroristes (YAT) des FDS a arrêté Anwar Abdel Rahman Haddouchi, un ressortissant belge connu pour être un des éléments les plus dangereux du groupe.

Haddouchi est soupçonné d'être impliqué dans des dizaines de crimes contre des civils, a-t-il indiqué, et d'avoir participé aux attentats de Paris en 2015 et de Belgique en 2016.

Il aurait décapité plus de 100 personnes sur le marché d'al-Raqqa, ancien bastion de l'EIIS, a rapporté l'AFP.

Les YPG, en coordination avec les FDS, ont également pu vérifier la présence d'un certain nombre d'autres éléments de l'EIIS dans la campagne de Deir Ezzor, a rapporté Khoja à Diyaruna.

Au cours d'un raid, ces forces ont arrêté Mohammed Ramadan Eid al-Atallah, qui était chargé de financer les cellules dormantes de l'EIIS dans la région, a-t-il indiqué.

Des armes, des munitions, de l'argent liquide et des documents liés aux activités menées pour le compte de l'EIIS ont été trouvés en sa possession, a indiqué Khoja.

Poursuite des opérations contre l'EIIS

Les opérations visant à éliminer les éléments restants de l'EIIS se poursuivent, a déclaré Khoja, afin d'empêcher la réapparition du groupe et prévenir de futures attaques.

Le succès de ces opérations « paralyse leurs capacités ou les amène à commettre des erreurs qui mènent à la découverte de leurs repaires et à leur arrestation », a-t-il déclaré.

L'opération Inherent Resolve et les FDS ont arrêté plus de 225 combattants présumés de l'EIIS au cours des quatre derniers mois, a fait savoir la coalition internationale dans un communiqué publié samedi 31 août.

De plus, a ajouté le communiqué, ces forces ont retiré 1800 kg d'explosifs du champ de bataille au cours des deux derniers mois.

La sécurité régionale dans le nord-est de la Syrie est essentielle pour la stabilité et les efforts de reconstruction qui contribuent à la défaite durable de l'EIIS, a-t-il affirmé.

« Nos partenaires continuent de mener des opérations difficiles pour poursuivre sans relâche l'EIIS et faire en sorte que le groupe n'ait aucun avenir dans le nord-est de la Syrie », a déclaré le major général Eric Hill, commandant de la Force d'action interarmées d'opérations spéciales - opération Inherent Resolve (SOJTF-OIR).

La SOJTF-OIR est le bras des opérations spéciales de la coalition internationale.

« Les efforts continus des FDS sont essentiels à la sécurité et à la stabilité de la région », a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)