http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/08/23/feature-03

×
×
Réfugiés |

5 000 familles déplacées commencent leur voyage de retour des camps de Ninive

Par Khalid al-Taie

Les personnes déplacées irakiennes se rendent dans leurs régions d'origine dans la province de Ninive le 5 août. [Photo fournie par le ministère des Migrations et des Déplacements]

Le ministère irakien des migrations et des personnes déplacées a lancé vendredi 23 août un programme visant à renvoyer des milliers de familles déplacées vivant dans des camps de personnes déplacées à Ninive dans leurs zones d'origine dans d'autres provinces.

"Nous avons lancé aujourd'hui un vaste plan visant à rapatrier environ 5000 familles vivant dans des camps de déplacés dans la province de Ninive", a déclaré Ali Abbas Jahankir, directeur général du département des affaires générales du ministère.

Le plan ne comprend que les familles qui ont été placées dans des camps dispersés au sud de Mossoul après avoir fui leurs régions d'origine dans les provinces voisines, telles que Salaheddine et l'Anbar, en raison du terrorisme et des combats, a-t-il indiqué à Diyaruna.

En plus de ces familles, les 14 camps - notamment ceux d’Al-Jadaa, d’Al-Mudarrij et de Hassan Sham - hébergent environ 30 000 familles de Ninive, a précisé Jahankir.

Les familles seront renvoyées par lots, en coordination avec le ministère des Transports et les agences de sécurité, qui vérifient actuellement les antécédents familiaux pour s'assurer qu'aucun de leurs membres n'est lié à "l'État islamique en Irak et en Syrie" (EIIS), dit-il.

"Ces mesures sont bien sûr volontaires", a affirmé Jahankir. "Le ministère ne force aucune famille à rentrer et nous laissons toute liberté de choisir de rester dans les camps ou de rentrer dans leurs régions".

La tendance générale est de choisir de rentrer, a-t-il noté, car les camps ont été installés en tant que solution temporaire aux vagues de déplacements "et ne peuvent donc pas remplacer les habitations".

Le ministère "n'a pas de délai" pour mener à bien le plan de rapatriement des familles déplacées, a-t-il déclaré.

"Tout retour est subordonné à la satisfaction de certaines exigences clés, telles que la fourniture de services publics et la garantie de la stabilité et de l’intégration avec les communautés d’origine", a-t-il ajouté.

Le ministère "s'est engagé à prêter main-forte à toute famille qui souhaite mettre fin à son déplacement qui dure depuis des années", a-t-il annoncé.

Le nouveau plan intervient deux jours après que le ministère ait annoncé qu'il avait ramené 4 325 personnes déplacées du camp d'Al-Qadissiya pour personnes déplacées de la province de Salaheddine dans leurs zones de résidence d'origine.

Les régions où ils sont revenus incluent les villes d’Al-Siniya, Baiji et Al-Sharqat à Salaheddine, ainsi que Hatra et Al-Baaj à Ninive.

Les récentes opérations de sécurité en Irak ont appauvri les capacités offensives de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) et privé le groupe de la capacité de se regrouper, selon les responsables et experts qui se sont entretenus avec Diyaruna.

Aimez-vous cet article?
0

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha