Terrorisme

L'EIIS collecte des tributs dans les provinces du nord de l'Irak

Alaa Hussain à Bagdad

image

Une femme transporte un seau d'eau le 9 mai dans le camp de déplacés de Laylan, dans la province de Kirkouk. Les habitants de Laylan ont fui al-Hawijah et Baiji dans la province de Kirkouk et les villages de Salaheddine pendant les combats pour reprendre les zones prises par l'EIIS. [Ahmad al-Rubaye/AFP]

Des éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) ont ouvertement imposé des tributs aux commerçants et aux agriculteurs des régions isolées des provinces de Ninive, Salaheddine et Kirkouk, ont rapporté à Diyaruna des chefs tribaux et des hommes politiques irakiens.

Bien que cela se fasse à une échelle limitée, cela a ravivé les craintes des habitants de ces zones que le groupe ne tente de réaffirmer sa présence par des extorsions, des attaques, des enlèvements et des incendies de cultures agricoles.

Dans un récent reportage, des résidents déplacés de la province de Kirkouk ont déclaré à Al-Arabiya qu'ils avaient peur de rentrer chez eux dans le district d'al-Hawijah, à Makhmour et dans certains villages isolés à la frontière avec la Syrie.

Ils ont expliqué que c'est parce que l'EIIS impose des tributs aux habitants de ces régions, en collectant ce qu'il appelle la zakat auprès des agriculteurs après la saison des récoltes et la vente des récoltes, selon le journal télévisé.

À Salaheddine, une province voisine, le membre du comité de sécurité du conseil provincial Khazaal Hammad a déclaré à Diyaruna que des éléments de l'EIIS sont présents dans la province et ont harcelé les habitants.

Il a accusé des éléments de l'EIIS d'avoir brûlé les récoltes des agriculteurs dans les villages de Salaheddine et a exhorté les forces irakiennes à « intensifier leurs efforts en matière de renseignement et de sécurité, et à poursuivre les cellules dormantes du groupe terroriste où qu'elles se trouvent ».

Le 7 juillet, les forces conjointes irakiennes se sont lancées dans une vaste campagne militaire, baptisée « Volonté de victoire », pour chasser les restes de l'EIIS du désert qui s'étend dans les provinces de l'Anbar, de Salaheddine et de Ninive, et jusqu'à la frontière entre l'Irak et la Syrie.

Harcèlement des agriculteurs

L'EIIS « impose une fois de plus des tributs, et cela ouvertement, aux agriculteurs et aux commerçants des zones de l'ouest de Ninive », a rapporté à Diyaruna Cheikh Muzahim al-Huweit, porte-parole tribal de la province.

Le groupe avait auparavant imposé des tributs aux producteurs de blé dans des villages proches des villes de Tal Afar, Sinjar, al-Baaj, Badoush, Hatra, Rabiea et Zummar, ainsi que dans la région d'al-Jazira, a-t-il indiqué.

Décrivant le mode opératoire du groupe, il a rapporté que les éléments de l'EIIS « observent les agriculteurs lorsqu'ils vendent leur blé et enregistrent leurs noms et les quantités qu'ils vendent ».

Ils téléphonent ensuite aux fermes ou se présentent en personne pour demander une part des recettes, a-t-il poursuivi, menaçant les agriculteurs de mort ou d'enlèvement s'ils ne paient pas.

L'EIIS ne mène plus ces activités de manière secrète ou par le biais d'intermédiaires, mais le fait ouvertement, a ajouté al-Huweit, « mais personne n'ose les signaler dans ces zones », par crainte de représailles.

Le groupe a même commencé à essayer d'imposer des tributs aux commerçants et aux propriétaires de boutiques, dont certains disent avoir reçu des menaces de mort de la part des combattants de l'EIIS.

Appels à des actions fortes

Le Commandement des opérations de Ninive, dirigé par le major général Numan al-Zawbaie, « travaille avec soin pour y mettre fin », a déclaré al-Huweit, bien que ces efforts n'ont pas encore permis d'éradiquer complètement les menaces de l'EIIS.

Il a averti que l'imposition de tributs signale « le retour de sources de financement pour le groupe terroriste, ce qui lui permettra ensuite de recruter des combattants et de lancer de nouvelles attaques terroristes ».

Les éléments de l'EIIS enlèvent et tuent des gens, brûlent les récoltes et menacent les agriculteurs pour les forcer à payer des tributs, a déclaré à Diyaruna Dhahwi al-Shammari, membre du conseil provincial de Ninive.

Il a appelé les organismes gouvernementaux à prendre des mesures fortes pour décourager ces menaces, ces attaques et ces actes criminels.

Aimez-vous cet article?
14
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)