https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/07/12/feature-03

×
×
Société |

Forte augmentation des retours des habitants déplacés à al-Hamdaniya

Khalid al-Taie

image

Des Irakiens déplacés de la province de Ninive rentrent chez eux en septembre 2017. [Photo fournie par le ministère irakien des Migrations et des Déplacements]

Le district d'al-Hamdaniya dans la province de Ninive a vu une forte augmentation du nombre de déplacés internes (DI) revenant chez eux après que leur région eut été libérée de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a déclaré le conseil local vendredi 12 juillet.

« Nous avons constaté ces derniers mois des progrès importants en ce qui concerne les familles déplacées revenant dans leurs foyers dans le centre du district d'al-Hamdaniya et ses sous-districts », a déclaré à Diyaruna le président du conseil Faisal Iskandar.

Il s'agit notamment de Karamlis, Bartella, Qarqoush et Bashiqa, a-t-il précisé.

« Le taux de retour parmi les habitants de Shabak et Kakai a atteint 90 %, et près de la moitié des familles chrétiennes du district, soit quelque 24 000 personnes, sont également revenues », a-t-il ajouté.

image

L'occupation par l'EIIS du district d'al-Hamdaniya dans la province de Ninive avait semé le chaos. [Photo fournie par la municipalité d'al-Hamdaniya]

Mais de nombreuses familles arabes tribales du sud d'al-Hamdaniya, notamment des villages d'al-Khazir, sont encore déplacées, a poursuivi Iskandar.

« Quelque 130 000 personnes sur 190 000 sont rentrées, soit le nombre total d'habitants d'al-Hamdaniya qui avaient été déplacés lorsque l'EIIS s'était emparé de leur région à la mi-2014 », a-t-il précisé.

« La situation sécuritaire n'empêche pas les retours »

La situation sécuritaire n'empêche pas les retours des DI restants, a-t-il souligné, car les forces irakiennes maintiennent une sécurité très stricte dans le district.

De plus, les services dans les principales régions s'améliorent après que plusieurs projets endommagés par les militants ont été réhabilités, a-t-il expliqué.

Le principal problème empêchant le retour des quelque 60 000 DI restants est que « la plupart de leurs maisons sont toujours détruites et qu'ils n'ont pas les moyens financiers de les reconstruire », a indiqué Iskandar.

« Des milliers de maisons ont été en partie restaurées par leurs propriétaires, avec le soutien d'entités nationales et d'organisations internationales », a-t-il expliqué, ce qui a contribué à atténuer le problème des familles déplacées d'al-Hamdaniya.

Iskandar a appelé le gouvernement à « indemniser financièrement les DI afin qu'ils puissent reconstruire leurs maisons et mettre fin à leur déplacement ».

Il a également appelé à « augmenter les fonds alloués au district dans le budget de l'État, afin de favoriser la stabilité et de mener à bien les projets de construction ».

« Certains des bâtiments détruits par les terroristes, comme les églises et d'autres lieux de culte nécessitent, en plus d'un financement, une expertise et un soutien technique international pour leur reconstruction », a-t-il ajouté.

Parmi eux se trouvent des bâtiments vieux de plus de 500 ans, a conclu Iskandar.

Aimez-vous cet article?
0
NON
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire
Captcha