NOUVELLES D’IRAK
Sécurité

Affrontements entre les forces du régime syrien et la milice soutenue par le CGRI à al-Mayadin

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Des combattants de la brigade Fatemiyoun soutenue par le CGRI sont aperçus sur les abords de la province syrienne de Deir Ezzor, dans l'est du pays. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

Des affrontements entre les forces du régime syrien et une milice affiliée au corps des gardes de la révolution islamique d'Iran (CGRI) à Al-Mayadin, dans la ville de Deir Ezzor, ont fait un certain nombre de morts et de blessés parmi les soldats, a déclaré un activiste local.

À la suite des affrontements, les tensions montent entre les forces du régime syrien et la brigade Fatemiyoun soutenue par le CGRI, composée de combattants afghans, a déclaré à Diyaruna l'activiste de Deir Ezzor Jamil al-Abed.

Les affrontements les plus récents ont eu lieu dans la rue Corniche, où six soldats du régime ont été tués et plusieurs autres blessés, ainsi que de nombreuses victimes dans les rangs de la milice afghane, a-t-il ajouté.

Le nombre de victimes de la brigade Fatemiyoun n'a pas pu être établi en raison du cordon de sécurité et de la panne d'électricité imposée par la milice, a-t-il ajouté.

image

Le général Qassem Suleimani, commandant de la force Qods du CGRI, se tient parmi les combattants de la brigade Fatemiyoun lors d'une visite en Syrie. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

image

Des combattants de la milice des forces de défense nationale pro-régime sont vus dans la ville d'al-Mayadin à Deir Ezzor. [Photo diffusée sur les médias sociaux]

Selon Al-Abed, les affrontements auraient eu lieu quelques jours après qu'un officier du régime syrien avait arrêté un certain nombre de membres de la milice impliqués dans des affrontements avec les forces du régime et refusé de les relâcher, en dépit des tensions dans la ville.

Deux jours plus tard, le policier a été retrouvé mort, tué d'une balle dans la tête sur une place publique près du club de sport d'al-Mayadin.

Al-Abed a déclaré que les milices affiliées au CGRI harcelaient les civils à Al-Mayadin en coupant l'électricité et en les obligeant à rendre des tributs, même si les civils sont sous une pression financière extrême en raison du manque d'emplois et d'activités commerciales.

Cela semble être une tentative d'expulsion des civils restants de la ville, alors que de nombreux miliciens de toutes nationalités sont déployés, en particulier des éléments de milices irakiennes et afghanes, a-t-il indiqué.

Ces milices tentent de prendre le contrôle total d'Al-Mayadin, a-t-il dit, et s'emparer de zones toujours contrôlées par les forces du régime syrien.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500