http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/05/17/feature-05

×
×
Droits de l'Homme |

Iran: les milices étrangères attisent les tensions après les inondations

Waleed Abou al-Khair au Caire

Le Hezbollah libanais détourne l'eau des inondations loin des investissements du CGRI dans la région iranienne d'Ahwaz, parfois aux dépens des maisons et entreprises locales, rapportent des experts. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Les citoyens iraniens craignent de plus en plus que les milices étrangères invitées par le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) pour aider après les inondations soient utilisées pour réprimer les protestations nationales contre la réponse, ont déclaré des experts iraniens.

La crise actuelle a débuté lorsque les inondations et les pluies torrentielles qui ont commencé en mars ont traversé la majeure partie de l'Iran, causant des destructions, des déplacements et des victimes humaines.

Cela a également révélé les manques de la gouvernance iranienne, ont affirmé à l'époque des experts à Al-Mashareq, accusant le régime de négliger l'infrastructure et de ne pas être prêt aux désastres naturels alors qu'il poursuit ses ambitions politiques à l'étranger.

Les suites des inondations ont entraîné leurs propres problèmes, le régime iranien étant accusé de détourner l'argent de l'aide vers le CGRI, et ce dernier utilisant ces fonds pour payer les salaires des milices qu'il a embauchées pour aider.

Des manifestants défilent dans les rues de la région iranienne d'Ahwaz pour protester contre le CGRI. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Sur les réseaux sociaux, les Iraniens ont accusé le régime de négligence, ont demandé pourquoi l'argent de l'aide avait été détourné ou était manquant, et ont remis en question la décision de faire venir des milices étrangères pour gérer cette crise nationale.

Les milices apportées dans le pays incluent le Hezbollah libanais, le groupe Harakat al-Noujaba et les Forces de mobilisation populaire (FMP) irakiennes, ainsi que la milice Fatemiyoun, composée de combattants afghans, a rapporté Hussein Shayan, natif de Téhéran.

L'arrivée de milices étrangères a aggravé l'indignation publique, a-t-il indiqué à Al-Mashareq.

Les victimes des inondations ne sont pas une priorité

Les milices étrangères déployées par le CGRI dans les régions d'Iran ravagées par les inondations « sont venues pour réprimer les manifestations et non pas pour aider les victimes », a affirmé à Al-Mashareq Sheyar Turko, spécialiste des groupes affiliés au CGRI.

Turko a fait savoir que les habitants de Khover-e Huweira et de Khover-e Dowraq, des zones humides d'Ahwaz dans la province du Khusestan, étaient en colère, car les milices se sont occupées de détourner les eaux des « champs de pétrole et des plantations de canne à sucre appartenant à des entreprises du CGRI ».

La priorité du CGRI a été de protéger ses propres investissements, a-t-il déclaré, indiquant que certains habitants ont rapporté que les eaux détournées de ces sociétés génératrices de revenus ont inondé leurs maisons et leurs fermes.

Lorsque la nouvelle s'est répandue que le CGRI avait utilisé les fonds de donateurs destinés à aider les victimes des inondations pour payer les salaires et les frais de logement des membres de milices étrangères, ces manifestations ont tourné à la violence, a fait savoir Turko.

La plupart des manifestations ont eu lieu dans les provinces du Khusestan et du Lorestan, qui ont été les plus durement touchées par les inondations.

Des affrontements ont éclaté dans plusieurs quartiers de la partie ouest de la ville d'Ahwaz entre des manifestants locaux et les FMP, qui sont déployées dans cette zone, a-t-il indiqué.

Le CGRI confronté à un manque de financement

« Le CGRI est dans une situation délicate, car ses forces et ses milices en Syrie subissent de fortes pressions », a déclaré Fathi al-Sayed, chercheur spécialisé dans les affaires iraniennes au Centre Al-Sharq d'études régionales et stratégiques.

Le manque de financement auquel le CGRI est confronté a diminué son pouvoir en Syrie et a réduit le territoire qu'il contrôle, en particulier dans les provinces de Homs, d'Alep et de Daraa, a-t-il rapporté à Al-Mashareq.

Alors qu'il connaît des problèmes à l'étranger, le CGRI est également confronté à des problèmes dans son pays, a-t-il ajouté, où des manifestations contre la mauvaise gestion des inondations se sont étendues pour inclure des Iraniens ayant investi dans les entreprises du groupe et ne pouvant pas récupérer leur argent.

Ceci a incité les dirigeants du CGRI à utiliser des milices étrangères déployées en Iran pour sécuriser ses zones et réprimer les manifestations quotidiennes, a indiqué Al-Sayed.

« La seule raison pour laquelle le CGRI a été en mesure de payer l'arrivée de milices étrangères en Iran est qu'il a utilisé l'argent de l'aide destinée aux habitants des zones sinistrées », a-t-il affirmé.

Aimez-vous cet article?
7

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha