Sécurité

L'armée syrienne absorbe une milice affiliée au CGRI

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Maintenant que Liwa Imam al-Baqir a été absorbée dans l'armée syrienne, le rôle de son commandant, le major général Nawaf al-Bashir (au centre) est incertain, explique un militant. [Photo diffusée sur les réseaux sociaux]

Le régime syrien a absorbé l'une des milices affiliées au Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) dans l'armée régulière, a rapporté un journaliste syrien.

Cette mesure inhabituelle intervient au lendemain de féroces affrontements entre des milices affiliées au CGRI et d'autres affiliées à la Russie dans la région d'Alep, a expliqué à Diyaruna le journaliste syrien Mohammed al-Abdoullah.

Suite à ces affrontements, le régime syrien a décidé d'intégrer les officiers et les éléments de la milice Liwa Imam al-Baqir affiliée au CGRI dans l'armée régulière syrienne, a-t-il poursuivi.

Cette milice tribale a été absorbée dans les rangs de la 137e brigade d'infanterie de la 17e division de l'armée de terre syrienne, stationnée dans la région de Panorama à Deir Ezzor.

Le sort du commandant de cette brigade, le major général Nawaf al-Bashir, est encore incertain, et l'on ne sait pas s'il sera affecté à un autre poste.

Al-Abdoullah a indiqué que cette décision faisait suite à un regain des tensions et aux affrontements qui avaient éclaté entre des milices affiliées au CGRI et d'autres affiliées à la Russie dans les provinces de Deir Ezzor et d'Alep à propos du contrôle de ces régions stratégiques.

« Cette décision est sans précédent, car aucune milice n'avait encore été intégrée entièrement dans l'armée syrienne depuis le début de la guerre en Syrie », a-t-il ajouté.

De telles milices sont en général dissoutes, a-t-il souligné, et leurs éléments doivent obligatoirement se signaler au régime pour effectuer leur service obligatoire dans l'armée ou la réserve.

Liwa Imam al-Baqir est composée de membres de la tribu al-Bakara et des fidèles au régime syrien dans les provinces d'Alep et de Deir Ezzor.

Ses combattants avaient été entraînés par le Hezbollah libanais, a indiqué al-Abdoullah, soulignant que le commandant de cette brigade, un leader tribal d'al-Bakara entretient de fortes relations avec des cadres du Hezbollah et son chef, Hassan Nasrallah.

Il a également de bonnes relations avec de hauts responsables du CGRI, et a participé à la transformation de la composition démographique de Deir Ezzor et d'Alep en répandant la doctrine du Wilayat al-Faqih (la Tutelle du juriste), a-t-il conclu.

Aimez-vous cet article?
5
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)