Sécurité

Onze villages sécurisés par les forces irakiennes dans l'est de Diyala

Khalid al-Taie

image

Le major général Abdoul Muhsin al-Abbasi (au centre), commandant des opérations de Diyala, discute des plans pour sécuriser le district de Khanaqin, dans l'est de Diyala, le 27 avril. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Les forces irakiennes ont lancé dimanche 28 avril une opération de ratissage de grande envergure dans le district de Khanaqin, dans l'est de la province de Diyala, à la recherche des derniers éléments et des cellules dormantes de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), a indiqué un responsable militaire.

« D'importantes unités de la police de Diyala, de la 5e division de l'armée, des forces de la mobilisation tribale, des combattants des tribus et de l'armée de l'air irakienne » participent à cette opération, a déclaré le major général Abdoul Muhsin al-Abbasi, commandant des opérations de Diyala, à Diyaruna.

Dimanche, ces forces conjointes ont ainsi ratissé onze villages sur les berges de la rivière al-Wand : al-Hurriya, Shah Mohammed, Malak Shah, Ali Daoud, Mardan, Mohammed Abbas, Ahmed Bek, Sheikh Raheem, Ali al-Saadoun, al-Uhkuwa et Imam Baba Mahmoud, a-t-il précisé.

Cette opération vise à « éradiquer totalement toute présence terroriste », a-t-il ajouté.

image

Les forces de sécurité participent à une opération contre les éléments restants de l'EIIS dans le district de Khanaqin, dans la province de Diyala, le 15 octobre 2018. [Photo fournie par la police de Diyala]

« Ces villages ont été sécurisés et une protection adéquate a été fournie à leurs habitants », a poursuivi al-Abbasi.

Les mesures de sécurité ont à ce jour permis « l'arrestation d'une personne recherchée pour terrorisme et la destruction de deux maisons de repos de l'ennemi », a-t-il indiqué.

Avant ce ratissage, a-t-il ajouté, les forces de sécurité avaient réussi à sécuriser plusieurs zones où étaient présents des éléments restants de l'EIIS, notamment le bassin d'al-Waqf dans Diyala.

« La région du bassin est désormais libre de tout élément de l'EIIS », a-t-il précisé. « Les hommes des tribus d'al-Mukhaisa et d'Abi Saida (dans le nord de Diyala) participent activement à la sécurisation du bassin. »

Plan de sécurité pour le ramadan

Le commandement des opérations de Diyala mettra en œuvre un plan de sécurité en coordination avec la police locale « pour empêcher les éléments restants de l'EIIS de perturber la sécurité des citoyens pendant le prochain mois du ramadan », a précisé al-Abbasi.

Ce plan met l'accent sur « le renforcement des fortifications et la surveillance des zones autour des mosquées, les lieux de loisirs et les rassemblements civils », a-t-il ajouté.

Le commandement procède à des missions de recherche dans les villages et les régions inhabitées de l'est de Diyala et à proximité de la frontière avec Salaheddine « pour maintenir la pression sur l'ennemi et ne lui laisser aucune chance de se regrouper », a-t-il déclaré.

Ce faisant, il « coopère avec les agences de renseignements qui jouent un rôle essentiel dans la lutte contre le terrorisme », a ajouté al-Abbasi.

« Nous nous efforçons également d'accélérer le retour des déplacés internes (DI), et avons dernièrement pu faire revenir 500 familles chez elles », a-t-il expliqué.

« Nous avons l'intention de ramener toutes les familles déplacées », a-t-il conclu, en nous attachant dans un premier temps à celles qui reviennent dans les zones sud de Bahraz, Bani Weis et Baldrouz.

Aimez-vous cet article?

0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500