NOUVELLES D’IRAK
Politique

Recrutement et prosélytisme dans les « centres culturels » du CGRI en Syrie

Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Un responsable du centre culturel iranien (au centre) dans la province syrienne de Deir Ezzor donne une conférence au centre de l'Union de la jeunesse révolutionnaire affiliée au régime syrien. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

Le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) continue d'accroître son influence dans la province syrienne de Deir Ezzor au travers des nombreux centres culturels qu'il a mis en place dans la région, a expliqué un militant local.

Ces centres ne sont toutefois pas utilisés pour des activités strictement culturelles, mais pour propager l'idéologie du CGRI et recruter de nouveaux membres dans ses rangs, a raconté à Diyarna Jamil al-Abed, un militant de Deir Ezzor.

Le CGRI a mis en place des centres culturels dans plusieurs parties de la province qu'il contrôle, qui mènent « des opérations de recrutement à grande échelle sous le couvert d'activités culturelles », a-t-il expliqué.

Ces soi-disant « activités culturelles » proposent des conférences destinées à propager l'idéologie politique et sectaire du CGRI, a-t-il poursuivi.

image

Le centre culturel iranien de l'Université Al-Furat à Deir Ezzor organise une cérémonie en l'honneur des étudiants et de leurs professeurs. Au travers de tels événements, explique un militant local, le CGRI cherche à accroître son influence. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

image

Un centre culturel iranien de Deir Ezzor organise une célébration religieuse. [Photo fournie par Jamil al-Abed]

L'Union de la jeunesse révolutionnaire affiliée au régime syrien anime le travail de ces centres culturels, a ajouté al-Abed.

L'union a récemment accueilli un responsable d'un centre culturel, a-t-il indiqué : un Iranien qui a donné une conférence au siège de l'union dans le district de Joura de la ville de Deir Ezzor.

Il y a parlé du travail du CGRI, soulignant le besoin de le soutenir et de rejoindre les milices qui lui sont affiliées, et expliquant les avantages qu'une personne pouvait recevoir du CGRI si elle rejoignait l'une de ses branches.

Endoctrinement de la jeunesse syrienne

Les centres culturels ont envoyé certains de leurs étudiants dans des universités en Iran avec des bourses dans toutes les disciplines, priorité étant donnée aux étudiants en études religieuses, a précisé al-Abed.

L'idée est que ces diplômés reviendront d'Iran pour promouvoir en Syrie les principes religieux et politiques sur lesquels est fondé le CGRI, a-t-il poursuivi.

Les centres culturels ont porté leur attention sur les enseignants et les élèves et étudiants des écoles et des universités et les fils des soldats du régime syrien tués durant la guerre, a continué al-Abed.

Ils le font sous le couvert de « prendre soin des enfants des martyrs », a-t-il poursuivi, et en exploitant la situation financière difficile qu'ils connaissent.

Al-Abed a conclu en expliquant que ces centres distribuent également des cadeaux et de l'argent aux enfants en particulier, et organisent des célébrations religieuses lors desquelles ils font du prosélytisme.

Aimez-vous cet article?

1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 / 1500

Cet article a été écrit en faveur de l'EIIS et d'autres groupes terroristes, sur la base d'une vision évitant la vérité. Il est complètement biaisé en soutenant les intérêts politiques de certaines factions.

Répondre