http://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/03/13/feature-02

Sécurité |

Les forces irakiennes débarrassent les vergers de Diyala des derniers éléments de l'EIIS

Khalid al-Taie

Di icons tw 35 Di icons fb 35

Des véhicules militaires en route pour les vergers de Diyala dans le cadre d'une campagne de sécurité qui a débuté le 21 février et qui vise à nettoyer les vastes terres agricoles de la province des éléments restants de l'EIIS. [Photo fournie par le commandement de la police de Diyala]

Le commandement des opérations de Diyala a annoncé le 1er mars que ses forces avaient totalement débarrassé les vergers de Diyala des derniers éléments de « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS).

Le 21 février, les forces irakiennes avaient lancé une opération de grande envergure de quatre jours pour rechercher les derniers éléments et les caches de l'EIIS dans plusieurs vergers de la province.

D'importantes unités militaires de la 5e division de l'armée de terre, la police de Diyala et l'armée de l'air ainsi que des forces tribales ont participé à cette campagne, a précisé le major général Abdoul Muhsin al-Abbasi, commandant des opérations de Diyala.

« Nous avons d'abord établi nos plans et identifié nos cibles, puis nous avons ratissé les vergers où, selon nos renseignements, subsistait une activité terroriste », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Les vergers que nous avons ratissés sont ceux d'al-Makhisa, Abou Karma, Jalabi, al-Kubba, al-Sheikhi, Albou Hayed et le bassin d'al-Waqf, qui sont situés dans les localités d'al-Adhim, d'Abi Saida et d'al-Abbara, dans le nord de Diyala.

Cette campagne impliquait de « ratisser de vastes étendues agricoles pour y débusquer les terroristes et les cellules qui s'y cachaient », a ajouté al-Abbasi.

Elle a entraîné « la mort de trois terroristes grâce au soutien aérien de l'armée, l'arrestation de suspects, la destruction de maisons de repos et la confiscation de plusieurs engins explosifs improvisés (EEI) et armes », a-t-il poursuivi.

Selon plusieurs rapports de la sécurité, cinq maisons de repos de l'EIIS qui étaient utilisées comme caches ont été détruites.

« Un petit nombre de terroristes se cachaient dans ces vergers et la plupart s'étaient enfuis dès le début de notre offensive », a-t-il précisé. « Mais nous les traquerons et les écraserons. »

« Les vergers sont maintenant totalement débarrassés des terroristes et nous avons réussi à les nettoyer et à les sécuriser », a précisé al-Abbasi.

« Nous avons déployé nos unités partout et avons mis en place des points de contrôle et des lignes de défense », a-t-il poursuivi, soulignant que la situation est « rassurante ».

Renforcer la coopération des citoyens

Les forces de sécurité ont ouvert des routes et des passages sur près de trois kilomètres à l'intérieur de ces vergers pour y renforcer la sécurité et faciliter les mouvements des véhicules militaires.

Des forces ont été déployées dans des zones dont elles avaient été absentes pendant plusieurs années.

Ahmed Razzouqi, membre du conseil provincial de Diyala, a expliqué que ces vergers constituent une cache idéale pour les terroristes, parce que les cultures et la végétation empêchent toute détection aérienne et empêchent les véhicules blindés de s'y déplacer en profondeur.

« Bien qu'en faibles nombres, ces éléments [de l'EIIS] sont une source de danger », a-t-il expliqué à Diyaruna. « Certains sont des snipers, d'autres enterrent des EEI sur les chemins agricoles ou tirent au mortier depuis les vergers vers les villages avoisinants. »

« Ce qui distingue cette dernière campagne, c'est le fait qu'elle a permis de ratisser de vastes étendues de vergers, tout en permettant aux forces de sécurité de tenir le terrain, un facteur essentiel pour empêcher les terroristes de revenir », a-t-il indiqué.

Razzouqi a également félicité la population locale pour son soutien et son haut niveau de coopération avec les forces de sécurité.

« Le gouvernement cherche à donner aux habitants des villages agricoles une chance de contribuer au maintien de la sécurité », a déclaré pour sa part Ali al-Dayni, président du conseil provincial de Diyala.

« Les responsables de la sécurité à Bagdad se sont engagés à réserver une centaine d'emplois dans l'armée et la police pour les habitants de ces villages et à les déployer dans des unités chargées de sécuriser les vergers », a-t-il expliqué à Diyaruna.

Al-Dayni a souligné en conclusion l'importance de cette initiative pour clore les brèches à la sécurité que les extrémistes mettent à profit pour accéder aux zones agricoles et en prendre le contrôle.

Aimez-vous cet article?
11
3
Di icons no

0 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire Captcha