https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/02/20/feature-02

×
×
Droits de l'Homme |

Pression des kurdes syriens pour savoir le destin des personnes enlevées par l'EIIS

Par Waleed Abou al-Khair au Caire

image

Une affiche diffusée par la campagne pour libérer les kurdes syriens détenus par l'EIIS. [Photo de la page Facebook de la campagne 'Ramenez les résidents enlevés de Kobani']

Les jeunes et activistes kurdes ont Syrie ont réactivé une campagne sur les réseaux sociaux demandant de savoir le destin de 1000 civils détenus par « l’État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS) pendant une période de temps, la plupart de Kobani.

Hisham Hussein Mahmoud co-fondateur de la campagne « Nous voulons le retour de nos détenus » a affirmé à Diyaruna queson frère, Farhad Imam Mahmoud, a été enlevé le 19 février 2014 .

L'objectif principal de la campagne est de faire appel à la communauté internationale, l'ONU et les forces de la coalition internationale pour aider et obtenir toutes les informations qu'elles peuvent obtenir concernant le destin de centaines de jeunes détenus par l'EIIS, a-t-il poursuivi.

La plupart des jeunes disparus sont originaires de la zone de Kobani, a-t-il signalé, et avaient été enlevés par le groupe sur des étapes successives lorsqu'il était présent dans cette zone.

La campagne a été lancée il y a trois ans, a-t-il fait savoir, mais a été réactivée maintenant que l'EIIS est confrontée à la défaite en Syrie, alors que les opérations militaires menées par les Forces démocratiques syriennes (FDS) à Deir Ezzor touchent à leur fin.

« Les FDS sont maintenant en mesure d'obtenir des informations sur leur destin des centaines d'éléments de l'EIIS qu'elles détiennent», a souligné Mahmoud.

« Il y a un grand nombre d'émirs et de décideurs parmi les [éléments capturés de l'EIIS] qui doivent connaitre les coins et recoins du groupe», a-t-il ajouté.

'Les familles ont le droit de savoir'

La demande de la campagne est principalement humanitaire, a insisté Mahmoud, notant que quoiqu'il arrive, les familles -- pères, mères, épouses et enfants --- des détenus ont le droit de connaitre leur destin après tout ce temps.

Avec l'aide de ces familles, la campagne a documenté les noms, photos et lieus où les détenus avaient été enlevés, a-t-il expliqué.

Ces civils ont été enlevé alors qu'ils tentaient de fuir la violence et la brutalité du groupe lorsqu'il encerclait la ville de Kobani, pour se rendre en Irak, en Turquie ou à Damas.

Ils ont été détenus par les éléments de l'EIIS dans plusieurs parties de Kobani rurale et Manbij rurale, et plus tard à Alep rurale et près de la frontière turque, a précisé Mahmoud.

Après le combat pour la libération de Manbij en août 2016, un nombre d'étudiants qui avaient été détenus par le groupe ont été libérés suite à la pression exercée sur les unités de l'EIIS capturées à l'époque, a-t-il noté.

Aimez-vous cet article?
2
NON
1 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire

Hassan Ali Hami, originaire de Kobani rural, il a disparu depuis les débuts de l'EIIS à Manbij. Il allait au Liban, mais il a été enlevé avec ses amis.

Répondre