Terrorisme

Les Irakiens doivent faire attention aux mines posées par l'EIIS

Khalid al-Taie

image

Un homme affiche un poster appelant les civils à informer immédiatement les autorités s'ils trouvent des explosifs restants de la guerre. [Photo du site internet de la Direction des affaires des mines]

Bien que les forces irakiennes débarrassent des villes et d'autres zones des mines et des munitions non explosées laissées par « l'État islamique en Irak et en Syrie » (EIIS), la menace persiste pour les civils qui vivent dans les régions isolées.

Parmi les plus récentes victimes se trouve une famille d'al-Sharqat, dans le nord de Salaheddine, qui se rendait dans une zone de loisirs près des montagnes de Makhoul lorsque leur véhicule a rencontré un engin explosif.

Cet incident, qui s'est déroulé le 1er février, a causé la mort immédiate de deux enfants, et leur mère est décédée plus tard à l'hôpital des suites de ses blessures. La tante des enfants, le conducteur et un autre membre de la famille ont eux aussi été blessés dans l'explosion.

La veille, une femme avait été tuée et une autre personne blessée par l'explosion d'une bombe de l'EIIS alors qu'ils cherchaient des truffes dans le district d'al-Alam à Salaheddine.

image

Des soldats irakiens inspectent le 11 octobre des munitions non explosées abandonnées par l'EIIS à Tal al-Thahab, dans la province de Salaheddine. [Photo fournie par le ministère irakien de la Défense]

Une bombe a explosé sous un véhicule transportant des écoliers le 22 novembre à al-Shura, dans la province de Ninive, tuant trois d'entre eux et en blessant quatre autres.

L'armée démine

« L'armée a enlevé des milliers de tonnes de bombes et d'engins explosifs posés par les terroristes, et a réussi à déminer des zones contaminées », a fait savoir le major général Tahseen al-Khafaji, porte-parole du ministère de la Défense.

Des experts en bombes et en mines de la Direction du génie militaire ont entrepris des efforts considérables pour éliminer cette menace et fournir un environnement stable dans les zones reprises à l'EIIS, a-t-il indiqué à Diyaruna.

« L'armée s'efforce toujours quotidiennement de trouver et de nettoyer les champs de mines et les munitions, et de détruire les repaires d'activistes qui contiennent ces engins », a rapporté al-Khafaji.

« Cependant, nous savons que ce groupe terroriste a entreposé et posé des explosifs dans plusieurs zones, de façon systématique et aléatoire », a-t-il ajouté.

Il est difficile d'identifier tous les lieux où des explosifs pourraient être enterrés, notamment parce que certains ont été déplacés par les pluies torrentielles récentes, a-t-il indiqué.

« Nos efforts pour enlever le reste de ces explosifs se poursuivent avec d'autres autorités gouvernementales et internationales », a-t-il fait savoir. « Nous avons cependant besoin de davantage de soutien de la part de la communauté internationale au niveau de la formation et de l'approvisionnement en appareils modernes de détection de bombes afin de pouvoir mener à bien notre mission. »

En plus de déminer, les forces de sécurité introduisent des mesures pour limiter le danger que représentent les munitions non explosées, dont l'installation de panneaux de mise en garde et d'avertissements dans les zones suspectées et le bouclage des zones les plus dangereuses.

Elles ont mené des campagnes de sensibilisation, ont distribué des prospectus et ont organisé des séminaires et des réunions exhortant les civils à ne pas toucher aux objets suspects.

Les citoyens irakiens sont priés d'avertir immédiatement les autorités de sécurité pour tout objet suspect grâce à ces numéros de téléphone : 120, 130, 115, 104, 138 et 182.

« Évitez les zones contaminées »

Suite au récent incident d'al-Sharqat, le Commandement des opérations de Salaheddine a contacté les familles locales pour leur demander de faire attention, a rapporté à Diyaruna le lieutenant général Jumaa Anad Saadoun al-Jabouri.

« Avant cet incident, nous mettions toujours en garde les habitants, et maintenant nous renouvelons cet avertissement et nous demandons à ce qu'ils évitent les zones contaminées par des résidus de la guerre, et qu'ils évitent de se déplacer en empruntant des chemins de terre dangereux », a-t-il précisé.

« Nous voulons que les civils travaillent avec nous, et lorsqu'ils voient un objet suspect ils doivent immédiatement nous en informer plutôt que de le toucher ou de l'inspecter », a-t-il déclaré.

La désactivation des munitions non explosées représente une difficulté importante, car elles sont réparties aléatoirement dans des zones accidentées et isolées, a expliqué Inad.

« Les forces de sécurité ont réussi à éliminer le danger des munitions et des mines de l'EIIS dans les villes », a indiqué à Diyaruna Abd Sultan Hamad al-Jubouri, membre du conseil provincial de Salaheddine.

« Pour ce qui est des zones montagneuses, désertiques et sauvages, le danger est toujours bien présent », a-t-il averti.

Al-Jubouri a souligné le besoin de concentrer les opérations sur le déminage de ces résidus dans les zones isolées, appelant les habitants locaux à suivre les conseils et les instructions des forces de sécurité.

Aimez-vous cet article?
0
0 COMMENTAIRE (S)
Politique Commentaire * INDIQUE CHAMP NÉCESSAIRE 1500 caractères restants (1500 MAX)