https://diyaruna.com/fr/articles/cnmi_di/features/2019/02/04/feature-02?di_exp_001=true&locale_switch_001=true

×
×
Criminalité et Justice |

L'assassinat d'un écrivain irakien proéminent provoque l'indignation

Par Fares al-Omran

image

L'écrivain irakien Alaa Machzoub, vu ici dans une photo publiée sur sa page Facebook le 29 décembre, participe à une session de dialogue de l'Union des écrivains irakiens. Machzoub a été assassiné par des hommes armés inconnus près de sa maison de la ville de Kerbala samedi 2 février.

L'écrivain et romancier irakien Alaa Machzoub a été tué par des hommes armés inconnus samedi 2 février alors qu'il rentraient d'une séance littéraire à sa maison au centre de la ville sainte de Kerbala.

Les auteurs, qui l'attendaient près de sa maison, l'ont abattu avec 13 coups de feu avant de prendre la fuite sur une motocyclette, a indiqué la police de la ville.

Suite au crime, la police de Kerbala a annoncé qu'il a chargé une équipe de haut vol pour mener l'enquête, et a promis de trouver les auteurs.

« Les forces de sécurité et de renseignement et les éléments en civil travaillent à une vitesse supérieure et avec un grand professionnalisme pour trouver les criminels», a-t-il précisé dans un communiqué dimanche, démentissant des rapports sur l'arrestation de certains des suspects.

image

Une capture d'écran de la page Facebook de l'écrivain irakien Alaa Machzoub, dans laquelle il critique le rôle de l'Iran en Irak.

Avant cela, la police a demandé aux citoyens et aux médias « d'être précis dans la diffusion des informations et ne pas tomber proie aux rumeurs pour ne pas influencer le cours de l'enquête ».

Les intellectuels expriment leur indignation

L'assassinat a provoqué une vague de réaction coléreuses dans les cercles populaires, culturels et officiels.

Un groupe d'intellectuels, écrivains et journalistes ont inhumé la dépouille de Machzoub, 51 ans, dans la ville de Kerbala dimanche au milieu des cris condamnant le meurtre.

Les endeuillés ont organisé une manifestation et ont appelé les autorités à trouver les auteurs et à les introduire en justice.

« On assassine la parole --la parole libre, belle et honnête», a confié Ali Lefta, lui aussi écrivain à l'AFP, en réaction au meurtre.

Ahmed Saadawi -- auteur de « Frankenstein à Bagdad » qui a enregistré un succès au-delà de l'Irak -- a attaqué les auteurs sur sa page Facebook.

« Vous devrez être un lâche pour tirer le feu sur quelqu'un qui a seulement des mots et des rêves», a-t-il écrit.

« Honte aux meurtriers -- et honte aux autorités, si elles ne les trouvent pas et ne les jugent pas immédiatement», a-t-il dit.

L'Union des écrivains irakiens a également condamné l'attaque.

« L'assassinat de Machzoub a frappé tout le cercle culturel avec l'indignation et la douleur», a affirmé le secrétaire-général de l'union Ibrahim al-Khayat à Diyaruna.

Le crime a soulevé des inquiétudes quant à la sécurité, surtout qu'il a eu lieu dans une ville sûre et dans une ancienne zone inaccessibles aux étrangers qui a des caméras de surveillance, poursuit-il.

« Nous demandons au ministère de l'Intérieur et à la police de Kerbala de dénouer rapidement le crime et d'arrêter les meurtrier», a-t-il souligné.

« Nous réitérons que nous voulons une enquête juste et rapide, et que les résultats soient publiés au public dans tous les détails», a ajouté al-Khayat.

Machzoub s'est opposé aux milices appuyées par l'Iran

La victime était l'un des écrivains irakiens les plus éminents. Depuis 2008, il a publié plusieurs collections de nouvelles et de romans, y compris : Nostalgie, l'Allée des veuves, Un Crime sur Facebook, Le Chaos du Pays, et Bagdad vieillit.

Les écrits de Machzoub, qui détient un doctorat en beaux arts, étaient audacieux dans la présentation et la critique des problèmes du pays et des soucis des citoyens.

Il a reçu plusieurs prix irakiens et internationaux pour ses écrits.

Outre son activité littéraire, la victime a participé à plusieurs manifestations populaires demandant l'amélioration des services et la lutte contre la corruption.

Il était également connu pour ses publications sur Facebook contre les politiques de l'Iran en Irak et les factions armées appuyées par l'Iran.

Le meurtre de Machzoub est le dernier dans une série d'assassinats de personnalités publiques, activistes civils et journalistes en Irak ces derniers mois.

Des groupes liés à Téhéran ont été accusé d'être derrière ces assassinats.

Aimez-vous cet article?
8
NON

1 COMMENTAIRE (S)

Politique Commentaire
Captcha

Le destin de tous ceux qui s'opposent à l'Iran est d'être tués par les milices financées par l'Iran. Le but est de faire taire le peuple pour que les tyrans des différentes factions continuent à usurper la liberté du peuple et tuer leurs esprits!

Répondre